Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
MÉMOIRE LOGEMENT - SQUAT
SAINT-ÉTIENNE   SQUAT IZMIR (2003 - 2006)
Publié le 26 juillet 2020 | Maj le 5 août 2020

26 juillet 2006 : expulsion d’Izmir, lieu d’activités et d’habitation


Le squat Izmir, lieu d’activités et d’habitation dans le quartier Beaubrun à Saint-Étienne, ainsi que ses habitant-e-s, ont été expulsé-e-s mercredi matin (26 juillet 2006). Pour la ville de Saint-Étienne et tou-te-s les « urbanistes bourgeois-es », c’est la poursuite normale des opérations urbaines, dont le but est d’embourgeoiser les quartiers environnant le centre ville, entraînant la disparition de quartiers populaires tels que Beaubrun. Mais pour beaucoup de gens, c’est la fin d’un projet riche, intense (parfois), qui a pu créer plein de rencontres, de moments de joie, de colère aussi, de débats enrichissants ou stériles, qui était une source d’informations peu disponibles ailleurs, et qui participait au maintien d’une « culture alternative » sur Saint-Étienne.

QU’EST-CE QUE C’ÉTAIT, IZMIR ?

Izmir était un squat d’habitation et d’activités. En octobre 2000, un collectif de quelques personnes décide de s’installer dans un bâtiment inoccupé appartenant à la mairie, au 3 rue de la sablière.

Nous avons choisi ce type d’occupation car nous ne voulons pas dépendre des institutions, ni d’une quelconque logique de rentabilité, ce qui ne serait pas possible dans le cas de locaux loués. Ce lieu nous permettait de vivre ensemble et d’échapper à la logique enfermante du tramway, boulot, dodo, et donc de nous libérer du temps pour faire des trucs qui ne nécessitent ni ne rapportent de l’argent, et pour organiser des évènements non-rentables dans un quartier populaire. Pour cela, nous avons rénové et décoré la maison, pour la rendre confortable et lui donner une touche personnelle (héhé).

Izmir a été animé pendant ces 5 années par diverses soirées et activités : bouffes végétariennes, friperies gratuites, réunions non-mixtes femmes, goûters gratuits pour les enfants, concerts, soirées de soutien à divers collectifs, des projections, des débats, des fêtes, représentations de théâtre, répétitions de groupes de musiques, espace de réunions pour d’autres collectifs et associations... et tous les mercredis la « Zone d’Information Libre », c’est-à-dire une permanence, avec un espace informatique sous Linux (accès gratuit à internet, ateliers d’initiation aux logiciels libres), une bibliothèque, un infokiosque, de l’info sur ce qui se passe sur st-é, et un espace de rencontre, tout ça dans la gratuité et la bonne humeur.

Ces activités et ce lieu étaient l’occasion pour nous d’expérimenter d’autres modes de vie et d’organisation (vie collective, autogestion, etc.). Pour plus d’informations, vous pouvez aller voir sur le site internet d’izmir.

UNE EXPULSION ... (10 OCCUPATIONS ?)

Quelques détails sur l’expulsion (rapides, car ce n’est pas le plus important) : les CRS, policiers, huissiers, RG, maçons, déménageurs et autres sont arrivés à 6 heures du matin. Les CRS ont commencé à essayer de défoncer notre porte d’entrée. Toutes les rues alentours étaient bloquées ou filtrées. Peu après, les CRS ont réussi à entrer dans le bâtiment (pour celles et ceux qui connaissent le lieu : en défonçant la porte de la salle d’activité, puis en cassant le mur qui sépare cette salle du couloir d’entrée). Ils ont contrôlé notre identité, puis nous ont laissés déménager les affaires que nous voulions garder. Des ouvriers ont ensuite détruit le toit et barricadé la maison, pour qu’elle ne soit plus réoccupable. Izmir est mort, mais la tête de mort de la maison pirate continue à hanter la ville.

La mairie veut démolir ce bâtiment et ceux d’à côté, dans le cadre du Grand Projet de Ville (GPV). Son objectif est de transformer ce quartier populaire dans lequel il fait bon vivre en quartier pour des gens plus riches. Nous savons que la mairie pourrait construire ou rénover des logements ailleurs, étant donnée la quantité énorme de bâtiments vides qu’elle possède. Mais elle a l’air de ne pas tenir compte de la présence d’izmir et de l’importance de lieux comme celui-ci. Pourtant ces lieux continueront d’exister, tant qu’il y aura des gens pour les faire vivre. Et plus ces gens seront nombreux, plus ce mouvement sera vivant. A bon-ne entendeur-e...

izmir les dingues

Proposé par izmir
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans LOGEMENT - SQUAT

Lire aussi dans SQUAT IZMIR (2003 - 2006)

Lire aussi dans SAINT-ÉTIENNE

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Contre le projet de fusion des universités et pour le maintien de l’UJM !
Publié le 22/10/2020

Collecte commune Brigades de solidarité Green Angels Solidarité
Publié le 22/10/2020

À propos d’Abdelhakim Sefrioui et du collectif Cheikh Yassine
Publié le 20/10/2020

La veille du couvre-feu les expulsions de squats se sont multipliées
Publié le 20/10/2020

20 octobre 1921 : mort de Charles Flageollet à Saint-Étienne
Publié le 20/10/2020

Terreur et récupération
Publié le 19/10/2020