Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS RACISME / RÉPRESSION - PRISON
Publié le 25 juin 2007 | Maj le 9 janvier 2017 | 25 compléments

Quelques infos suite au décès de Lamine Dieng, mort entre les mains de la police


- Communiqué du MRAP :
Lamine DIENG, jeune Français de 25 ans, est décédé entre les mains de la police le dimanche 17 juin au matin, dans la rue de la Bidassoa Paris 20e.

La famille n’a été informée que 48 heures plus tard par l’Inspection générale des service (IGS - la police des polices). Une semaine s’est écoulée depuis le décès sans avoir pu obtenir une réelle information sur les circonstances de cette mort.

Le MRAP, qui a rencontré aujourd’hui la famille et les amis, constate de nombreuses zones d’ombres dans cette affaire et estime qu’il semble qu’il y ait une volonté d’étouffer la vérité.
http://www.mrap.fr/communiques/bidassoa

- Le premier article AFP date du dimanche 24 juin, soit plusieurs jours aprés les faits :
Plusieurs centaines de personnes ont défilé en silence dimanche après-midi dans le 20e arrondissement de Paris pour exiger que toute la lumière soit faite sur les circonstances de la mort, le 17 juin 2007, d’un jeune homme entre les mains de la police.

Partis de la rue des Amandiers (20e) où résidait Lamine Dieng agé de 25 ans, les manifestants, au premier rang desquels la famille du jeune homme, ont cheminé jusqu’à l’hôtel de la rue de la Bidassoa (20e) devant lequel le jeune homme est décédé. Ils portaient une banderole sur laquelle on pouvait lire : « pour Lamine, mort entre les mains de la police ».

Le 17 juin, vers 04H00 du matin, la police avait été appelée pour un différend entre le jeune homme et sa compagne, dans une chambre de cet hôtel, situé non loin de son domicile.

Les policiers ont déclaré avoir découvert à leur arrivée le jeune homme « en état de démence » dans la rue, avant qu’il ne soit victime d’un malaise cardiaque et ne décède.

Pour Mouloud Aounit, président du Mouvement contre le racisme et pour l’amité entre les peuples (MRAP), présent dimanche aux côtés des proches du jeune homme : « il y a des zones d’ombre dans cette affaire : comment se fait-il que le corps du jeune homme ait été ressorti du fourgon de police (dans lequel il serait décédé selon la famille, NDLR), qu’il soit resté plusieurs heures sur la voie publique et que la famille n’ait été prévenue du décès que le lundi ? », a-t-il déclaré à l’AFP.

M. Aounit a fait part de son intention de demander dès lundi un rendez-vous à la ministre de l’Intérieur Michèle Alliot-Marie et à celle de la Justice Rachida Dati pour obtenir des réponses à ces questions.

De son côté Fodé Sylla, membre du conseil économique et social et ancien président de SOS Racisme, demande au président de la République « de tout mettre en oeuvre pour que ses ministres de l’Intérieur et de la Justice apportent une réponse rapide pour que la famille de Lamine Dieng puisse entamer son deuil ».

Interrogée, la préfecture de police (PP) de Paris a indiqué dimanche à l’AFP que l’Inspection générale des service avait « été saisie dès le jour de la mort du jeune homme » et « qu’une enquête était en cours ».

Une fois le cortège arrivé sur les lieux où le jeune est décédé, la famille a déposé une gerbe de fleurs et le père a remercié les personnes présentes.

Dans un communiqué Pierre Mansat, adjoint au maire de Paris, et Catherine Gégout conseillère de Paris (PCF), indiquent « qu’un comité de soutien très large s’est formé pour obtenir la vérité ».

Les proches de la victime s’expriment :
- Parut sur un site d’information sénégalais, « Walfadjri » :
Mort naturelle ou bavure policière ? : La famille de Lamine Dieng exige que la lumière soit faite. Bavure policière ou non assistance à une personne en danger, ou encore mort naturelle ?

Les supputations vont bon train dans le vingtième arrondissement de Paris où est décédé Lamine Dieng dans des conditions que la famille de la victime considèrent comme floues. Pour avoir la vérité sur cette affaire, elle a organisé une procession silencieuse qui a regroupé plus d’un millier de personnes.

(Correspondant permanent à Paris) - Hier, une marche silencieuse qui a mobilisé un millier de personnes a été organisée pour exiger plus de précisions sur les circonstances du décès de Lamine Dieng. Parents, amis, sympathisants ont battu le macadam pour interpeller les autorités françaises. Sur les pancartes, on pouvait lire : « Appel à témoin », « Repose en paix », « Justice, vérité », « Respect, dignité ». Les parents avaient les larmes aux yeux et les proches la mine triste. La procession silencieuse a pris départ au domicile de la victime situé sur la rue des Amandiers, dans le XXe arrondissement de Paris, jusqu’à l’hôtel où est décédé Lamine Dieng, un Franco-Sénégalais âgé de 25 ans seulement.

Tout est parti d’une dispute avec sa copine dans cet hôtel du XXe arrondissement. La copine de la victime se rendit à la police pour déposer certainement une plainte contre son copain. Ayant recueilli la déposition de la jeune fille, les agents de police, interpellés également par les résidents de l’hôtel, apparemment dérangés par le bruit occasionné par la dispute, arrivent sur les lieux pour interpeller Lamine Dieng.

« Quand ils sont arrivés, mon frère était caché sous une voiture. Ils l’ont fait sortir de force. Une fois sorti, il a été difficile à maîtriser parce que c’est quelqu’un qui a un physique imposant », raconte Ramata Dieng, sœur de la victime, qui dit tenir ces informations du commissaire en chef de l’Inspection générale de la police des polices. A l’en croire : « les agents de la police ont dû employer la force nécessaire pour arriver à neutraliser son frère », Lamine Dieng. « Alors une fois neutralisé, ils l’ont fait monter dans la fourgonnette. C’est à ce moment qu’il s’est effondré, victime d’un malaise. Ils l’ont ressorti de la fourgonnette pour essayer de le réanimer, mais ils n’y sont pas parvenus. Ils ont appelé les pompiers, mais c’était trop tard. Il était déjà décédé », explique la jeune dame avec une gorge nouée et les yeux rouges. Avant de poursuivre, malgré tout : « D’après le commissaire de l’Igs qui s’appuie sur l’autopsie, il est décédé à 4 h 30 du matin. Son corps a été amené à la morgue le dimanche 17 juin à 9 h du matin ». Une mort naturelle, selon les policiers.

Mais, ce qui intrigue la famille du défunt, ce sont les circonstances du décès et le retard de la police à informer du décès de leur fils.
Pour Ramata Dieng, qui fait office de porte-parole, la famille a été prévenue le lundi 18 juin à 17 h 30, « nous n’avons vu le corps que le mardi 19 juin à 14 h ». La porte-parole estime que : « tout cela paraît flou à la famille », « Il y a trop d’incohérences, je ne comprends pas qu’on ne soit prévenu que trente-six heures après les faits. Je pense qu’on pouvait nous aviser plus tôt », renchérit-elle. « Alors, les parents de la victime aimeraient avoir des explications, des précisions sur pourquoi tout cela s’est passé comme cela, nous ne pensons pas que tout cela soit normal », soutient Ramata Dieng.

Mais, d’après le résumé fait par le commissaire rapporté par la sœur de la victime, le jeune franco-sénégalais est « mort de crise cardiaque ». Pourtant la famille affirme que leur fils n’a pas de problème de santé. « Mon frère n’a jamais eu de problèmes cardiaques, il était en parfaite santé », martèle sa sœur.
Toujours, d’après la police : « le bonhomme avait pris de la drogue et était en overdose ».
Là encore, la famille rejette en bloc : « On nous a parlé de drogue, que mon frère était atteint d’une overdose, cela me semble difficilement crédible. Mais admettons cela. S’il était en overdose, tout le monde sait qu’il y a des signes avant coureurs. Alors, ils avaient le temps d’intervenir, de le secourir, de lui prodiguer les premiers soins. Nous attendons d’avoir accès au dossier pour voir le rapport de police, le rapport d’autopsie. A ma connaissance, il ne prenait pas de drogue ».

Pour en avoir le cœur net, en plus de la lumière qu’elle exige sur cette affaire, la famille Dieng a porté plainte contre X. « nous attendons qu’une instruction soit ouverte afin d’avoir, nous aussi, accès au dossier et avoir des éléments d’explication plus plausibles ». Une plainte qui vise, aussi, à « savoir exactement comment mon frère a pu monter dans le fourgon vivant et en ressortir mort ? », avise Ramata Dieng.

Parmi les manifestants, il y avait Mouloud Aounit, secrétaire général du Mouvement contre le racisme et pour le rapprochement entre les peuples (Mrap). Il estime que le dossier renferme « d’immenses zones d’ombre ». « La première, c’est pourquoi la famille n’a été prévenue que quatre-huit heures après le décès et pas par la police, mais par la Police des polices ? La deuxième chose, c’est comment se fait-il que Lamine Dieng soit entré vivant dans le fourgon de la police et en soit sorti mort ? Pourquoi la police n’a pas créé les meilleures conditions pour le mettre dans le fourgon et l’amener à l’hôpital et non le laisser sur le trottoir pendant près de trois heures ? », s’interroge le patron du Mrap.
Pour lui, il y a aujourd’hui « une zone d’ombre extrêmement trouble qui nous amène à croire, avec la précaution de ce que l’enquête va apporter, à une bavure ou au moins à une non-assistance à personne en danger ». Il trouve que les informations fournies à la famille de la victime sont « contradictoires ». D’où le soutien qu’il compte apporter à celle-ci. « Je peux vous dire que dès lundi (aujourd’hui, Ndlr) matin, j’écris au ministre de l’Intérieur comme au ministre de la Justice pour demander à être reçu avec la famille et avoir des précisions sur cette affaire. Nous allons aider la famille au plan judiciaire, mais en même temps, et c’est le sens de la marche d’aujourd’hui (hier, Ndlr), il faut qu’il y ait une mobilisation citoyenne pour exiger justice et vérité », avance Mouloud Aounit.

De son côté, Fodé Sylla, ancien président de Sos Racisme, pense que « les conditions dans lesquelles est décédé Lamine Dieng sont plus que suspectes », « les délais qui ont été mis avant de prévenir la famille, posent énormément d’interrogations ». Avant d’en appeler au président Sarkozy pour que la lumière soit faite sur cette affaire afin de permettre à la famille de faire son deuil.

Moustapha BARRY
http://www.walf.sn/actualites/suite.php?rub=1&id_art=38728

- voir aussi sur wikipedia, lire notement les passages « polémique sur la mortalité » et « informations techniques » :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pistolet_%C3%A0_impulsion_%C3%A9lectrique#Pol.C3.A9mique_sur_la_mortalit.C3.A9


Proposé par mario
Partager cet article

25 compléments

  • C’est toi qui n’est pas cohérent dans tes propos ! Personne n’a jamais dit que parce qu’on est noir on n’est pas Français. Tu affirmes que la mort du gendarme n’était pas un acte raciste (peut être bien !!!), mais qu’est ce qui te fait dire que la mort de Lamine l’était ???? Par contre les cris de joie et les insultes contre sa femme à l’hopital ça c’est bien des actes racistes. Je te signale tout de même que Lamine brutalisait sa concubine, qu’il était sous l’effet de la cocaine et qu’il est décédé d’une crise cardiaque. Je ne vois pas où est l’acte raciste la dedans ???
    A Saint Paul les Dax (40) un individu est décédé dans des circonstances similaires et personne n’a crié à la bavure Policière. Est ce par que sa peau était blanche et que les bavures sont réservées aux personnes de couleurs ou aux étrangers ???? Il faut arrêter de remettre en cause systématiquement les interventions de police pour stigmatiser la haine raciale.
    Voilà sur ce au revoir.

  • Ce n’est pas parce que des gens se sont réjoui de la mort d’un gendarme qu’il a été tué par racisme ! C’est un raisonnement à la noix !

    Et concernant ce que tu appelles du racisme, cet homme est blanc de peau. Avant le parcours que tout les initiés et certains lecteurs attentifs lui connaissent, il travaillait comme flic à Saint-Martin (en zone française). Jusqu’à ce qu’il en soit évacué avec sa compagne en urgence (je l’avais à l’époque interviewé alors qu’il était en transit à Pointe-à -Pitre en zone sous douane). Mais je le connaissais bien. Certes il était blanc, mais il bossaait et gênait.

    Et Jacques Chirac, que je sache, est blanc. En 1986 (élections ligislatives), il a dû annuler en catastrophe une virée avec Bernadette et Claude à Saint-Martin. Les habitants s’échauffaient. Ce n’était pas du racisme !

    Quant aux ravisseurs de Freddy Heineken (le « roi de la bière », décédé en 2002), ils étaient blancs aussi… et ont été chassés de Saint-Martin par des Saint-Martinois blancs ! C’était en 1987, si ma mémoire est bonne, mais j’ai perdu toutes mes archives dans le cyclône du siècle…

    Le sous-préfet des Iles du Nord - avec son voilier personnel - les a réfugiés sur l’îlet Tintamarre, où se trouve une résidence de fonction et rien d’autre. Pour te donner une idée de la distance qui sépare l’île de l’îler, regarde ici une photo prise par Philippe Giraud, celui-là même qui a pris les photos du livre de Gillot-Pétré sur le cyclône Hugo (nuit du 16 au 17 septembre 1989).

    Je fais partie des 22 000 sinistrés et m’en souviens comme si c’était hier.

  • Ayant travaillé cinq ans à a Guadeloupe (et entre autres à Saint-Martin et à Sint-Marteen), que ce soir pour la presse locale ou pour la presse nationale, ayant encore des contacts là -bas, je peux affirmer que la mort du gendarme n’est pas du racisme.

    Pour en revenir à Lamine, il est évident qu’il était noir. Et alors ? ça l’empêche d’être Français ? Il était aussi Français qu’un Antillais, donc plus qu’un Niçois, la Guadeloupe et la Martinique étant des colonies depuis 1635 !

    Je ne peux pas affirmer formellement qu’il s’agissait de racisme (et de toutes façons cela tomberait sous le coup de cette loi, mais le terme de « Â bavure », lui, n’est pas exagéré, ce malgré l’enquête très radipe des bœuf-carotte

  • Je fais partie du comité de soutien « Â Vérité et justice pour Lamine », entre autres. Il n’a JAMAIS été question de Taser®Â !

    Je vis dans le quartier depuis maintenant onze ans (à 5 jours près, avant j’étais à l’autre bout du 20e mais venais souvent par ici) et suis aussi conseiller de quartier (tiré au sort sur les listes électorales) depuis mai 2000.

    En lisant ici ou là , et en cliquant sur les différents liens (en rouge) vous trouverez pas mal d’infos sur le sujet. Il y a aussi des choses que je ne peux pas dire et d’autres que je ne sais pas.

    Un journaliste, aussi militant soit-il, ne peut pas être informé de tout !

  • Tu es limité intellectuellement ou tu fais semblant de pas comprendre ?? Je te parle d’actes purement racistes puisque des gens de couleurs ce sont réjouit de la mort d’une personne blanche de peau ( qui plus est gendarme de qualité ), l’ont manifesté haut et fort par des chants et des propos ne laissant aucun doute quant à leur caractère raciste (« on a tué un blanc » sic). Donc je te repose la question, est ce que les associations contre le racisme ne se doivent pas d’intervenir dans ce cas précis et dénoncer ces faits ??? Ou y aurait il deux poids deux mesures ????
    Quant au fait de voter pour un président raciste, si tu veux parler du Président Nicolas SARKOSY je ne vois pas ce qui te permet de dire que c’est quelqu’un de raciste ? En outre si tu veux savoir j’ai effectivement voté pour ce candidat, je ne m’en cache pas et ça ne fait pas de moi un raciste en puissance. Voilà tout est dit.

  • Tu as raisons pour les définitions, mais écoutes on va pas jouer sur les mots pendant trois plombes.

    Les racistes et les xénophobes en France sont capables d’aller voter en catimini dans un isoloir pour un président raciste qui fait appliquer des lois racistes, mais rarement ils ouvriront leurs gueules en publique. C’est pour cela qu’on dit que le racisme s’exprime souvent de façon insidieuse mais rarement de front. C’est donc pour ça que je disais que la xénophobie c’est aussi de considérer un « noir » comme un négro ou un étranger qu’il faut foutre hors de France même si il a la nationalité Française. Tu ne captes toujours pas ?

    Pour revenir à ce que tu dis, si des flics Français de souche avaient tabassés à mort gratuitement une personne du nom de jean pierre Durand, comment appellerais tu ça ?
    Tu dis que des associations antiracistes n’auraient rien dit, mais qu’auraient elles eu à dire dans un cas pareil ? Que viendrait foutre la notion de racisme là dedans ?
    Par contre, des associations contre les violences policières se seraient mobilisées pour que ce fait ne passe pas incognito. Il ne faut pas tout mélanger et accuser à tord. Certaines assos s’occupent de bavures de l’ordre du racisme, d’autres s’occupent de bavures tout court etc.
    Quand tu vas chez ton fromager tu vas pas l’engueuler parce qu’il n’a pas de viande et quand tu vas chez le boucher tu vas pas l’engueuler parce qu’il n’a pas de légumes ni de salade, ou sinon t’as des problèmes dans ta caboche.

    Je te rappel aussi qu’il y a bien des points d’intérrogation quand on parle de bavure ou de tabassage, c’est bizarre, on dirait que tu méprise les associations anti-raciste…

  • Pour ton info la xénophobie c’est la peur de l’étranger et non pas considérer un noir comme un étranger (comme tu le dis). Tu vérifieras si tu veux sur le Larousse ou le Petit Robert ! Quand au racisme c’est croire qu’il existe différentes races et que certaines sont meilleures que d’autres, ce qui n’est pas mon cas non plus !!! Voilà ceci étant dit je persiste à dire que si la victime avait été d’origine européenne toutes ces associations et les médias en n’aurait rien eu à faire de cette histoire. Etant donné que les résultats de l’enquête n’ont pas était communiqués il est inutile de parler de bavure, de passage à tabac, de torture, de racisme ou de toute autre hypothèse comme tu le dis si bien !
    J’en reviens à l’affaire de Saint Martin où là les propos racistes et la non assistance à personne en danger ont été avérés : personne s’en ai ému outre mesure et cela a fait vingt secondes dans le journal de 20h puis plus rien. Aucune association anti raciste n’en a fait son cheval de bataille ! Etrange tout de même, non ????

  • rikardo, je commence à bien connaitre les mails à double lecture comme les tiens, comme quoi la droite de droite n’est pas si décomplexée que ça dans son vocabulaire. Mais je te réponds quand meme.

    Personne n’a parlé de meurtre ou de racisme, en tout cas pas les associations et individus que tu prends injustement pour cible. Ce ne sont là que des hypothèses, qui reste à mon avis très propables, vu que les résultats de l’enquètes tarde anormalement à etre publié.
    Alors soit tu t’emballes, soit tu fait parti de ces gens qui défendent coprs et ame la Police meme dans ses pires agissements ?

    Pourquoi parler de racisme alors que la victime était française ?
    Tu sais très bien pourquoi j’imagine, mais je te rappelerai que le racisme ou plutot la xénophobie, c’est justement, entre autres, de considérer un noir comme un étranger, meme si il est né en france et qu’il dispose de la nationalité française.

    Quand les flics font des controles d’identités au faciès et qu’ils sont accusés de racisme, c’est justement avec la meme rhétorique que toi qu’ils se défendent, en disant aux personnes controlées : « vous voyez que je suis pas raciste monsieur et que je fait pas de controle au faciès, puisque vous etes de nationalité française ».

  • Avant de parler de meurtre, de racisme et de toutes les conneries habituelles la famille, les médias et les pseudos associations anti raciste feraient mieux d’attendre les conclusions de l’enquête. D’autre part il est dit que la victime était française or pourquoi monter ça en épingle et parler de racisme ou de bavure policière. Il me semble que l’affaire du gendarme fauché par un antillais à Saint Martin et la non assistance des personnes présentes qui scandaient « on a tué un blanc » n’avait pas été défendu par ces mêmes associations anti raciste. Alors y aurait il deux poids, deux mesures en France ????

  • j tous d abord je vous donne toute mes condoleances,je trouve vous avez raisons de chercher la veriter mais croyer vous qu il vont tous vous dire il y a beaucoup de secrets dans la police beaucoup trop de bavure, un jeune homme comme votre frere de 25 ans de bonne corpulence decede d un arret cardiaque impossible a croire alors comment sans sortir, ont vois un emmigrer alors c est un droguer.peuf n importe quoi.ils faut surtout pas baisser les bras batter vous meme si c est long .nous somme de tout coeur avec vous . toulouse est avec vous le monde entier et avec vous, sauf la police la justice qui ce dit merde comment ont vas faire . sur ceux bon courage a vous tous et que la paix son sur votre frere . une toulousaine

  • Ne peux évidemment pas me prononcer, et je viens un peu tard... Mais c’est peut-être justement là qu’il ne faut pas lâcher !
    Ai essayé en tout cas de regrouper quelques infos...

  • comme tu le dis pauvre type, cete connasse est sortie de l’hopital et doit surement profiter du soleil en sirotant comme une chienne un bon coca, alors que notre frère lui est sous terre, privé de soleil à jamais. Essayes au moins d’avoir un peu de respect pour les parents ESPECE DE MINABLE

  • kelle nike sa mere cette salope elle meritai ke sa par sa faute notre frere es decedes entre les mains de la police

  • Oui, il est bien évident que le cas de Lamine Dieng n’est pas isolé (malheureusement). Ce site est là , entre autre, pour relayer ce genre d’informations qui sont bien souvent peu présentes dans la presse traditionelle. L’important pour moi c’est qu’il y ait aussi des réactions, comme les manifestations de soutien/protestation dans son quartier, histoire que les faits ne sombrent pas dans l’oubli.

    Pour revenir rapidement sur l’intervention faite un peu plus haut au sujet de la compagne de Lamine. Effectivement, il semblerait que la police ait été appellée initialement au sujet d’une dispute de couple. Nous ne sommes bien évidemment pas là pour justifier des violences éventuelles exercées sur une femme, mais comme David l’a fait remarquer, il y a là un déplacement du sujet, qui me parait dangereux car il rentre dans le discours familier de Nicolas Sarkozy (« et qu’est-ce que je dis aux familles des victimes moi ? »).

  • Bonjour a tous je laisse juste un mot pour dire le plus profond de ma penssée concernant cette triste affaire. La vérité c’est qu’on est dans un pays de merde,la france n’est pas connu pour son courage, c’est pas la premiere fois qu’un drame pareil arrive dans les rues de ce pays.comment voulez-vous que nous les jeunes de france,black,blanc,beur,quoi que ce soit, soyons respecté,épargné dans les cas éxtrême par la police quand on sait déjà que les termes employés par le gouvernement ainsi que la presse en cas d’omicide entre jeunes et policiers sont par éxemple...« Ce matin un jeune a »abatu« , ou »tué« un policier », alors que dans le cas contraire on lis..« ce matin lors d’une intervention un fonctionnaire de police a »mortellement blessé« un jeune du à une balle perdu.. »..on se fou de notre putain de gueule. La racail n’est pas que dans la rue , elle est aussi, voir plus dans la police,, qui elle meme est protégé par un gouvernement qui ne tient pas à donner une image négative de la police francaise que ce soit chez nous ou a l’étranger.Moi meme j’ai été passé à tabac par 3 flic à marseille dans un comissariat suite à un simple outrage à agent, en me levant la main deçu ils savaient bien que leurs rapport respectif allés être faussés et bien sur soutenu par tous le commissariat et les larbins qui s’y trouvent.Tout était faux j’aurai soit disans était en possession d’une arme blanche..bref j’ai pris des cous,j’était cabossé j’ai passé 48 heures derriere des bareaux et en plus ils m’ont bien niqué, mais il y en a qui ont eu moins de chances que moi, lamine dieng ,paix à son ame..maintenant reste à faire honneur à ce jeune en ne lachant pas l’affaire, en déscendant dans la rue pour que justice soit faite si il le faut.Je vais m’arreter là parce que sinon je vais commencer à mal parler,excusez-moi. Mes respect à toutes la famille de Lamine et amis..et que dieux, s’il éxiste s’occupe de ces racails qui sont dans la police pour jeter leur frustration sur les mecs dans la rue, protégés par leur uniforme de chien de l’état et masqué par un nouveau faux rapport.Courage et bravo pour la mobilisation.

  • Une autre videoici

  • une vidéo redroupent interview de la famille et celle du libraire de paris :
    http://www.dailymotion.com/related/3977289/video/x2hx5e_affaire-lamine-dieng/1

  • Il existe un blog ici

    On peut envoyer un message à collectif-laminedieng chez jubii.fr pour adhérer au comité de soutien « Vérité et Justice pour Lamine Dieng »

  • Le numero zero est un site d’info, si tu n’as rien pour justifier ton intox ne poste pas ici.
    Restes sur les forums foireux type france 2 c’est mieux pour toi.

  • mon pauvre avec ton ironie a deux sous tu fais de la peine, la mort dun homme par la police ne sera jamais egal aux coup que la femme a pu prendre, tu deplaces le probleme tu fais comme tous ces politiciens que des débiles comme toi ont mis au pouvoir. BRAVO voila les premices au gout de merde qui pointent leur nez : SENS hummmm ca sent bon et va ca va fleurer de mieux en mieux huuuummmmm. MERCI

    PAUVRE TACHE

  • A propos, comment se porte la jeune femme que Lamine tabassait et qui doit maintenant être sortie de l’hopital ?

  • Le taser est la dernière arme dont est dotée la Police, c’est un pistolet qui envoie des décharges électriques violente.
    Pour en savoir plus, il y a un lien vers un site internet en bas de l’article sur Lamine Dieng :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Pistolet_%C3%A0_impulsion_%C3%A9lectrique

  • Cette mort quelqu’en ait été le moyen est un crime.Qu’est qu’un Taser ?

  • Le titre « meurtre au taser ? » pose justement la question, c’est une pure hypothèse de ma part.
    Sur quelques sites, d’autres personnes ont émits la meme hypothèse.

    La police déclare que Lamine « était sous drogue et en état d’overdose ». Evidement cette déclaration reste à etre vérifiée, mais il faut savoir que la prise de « drogue » augmente les risques d’arret cardiaque et dans ces conditions, une décharge au taser peut occasioner la mort.

    Malgrès tout ce qui peut etre dit sur le fait qu le Taser n’est pas mortelle, il y a bel et bien, en plus de cas de crises d’épilepsie, des cas d’arret cardiaque de rapportés.

  • SI je me trompe pas, il est écrit « meurtre au Taser ? » dans le titre, et plus aucune allusion à cette arme (soi disant non mortelle) dans l’article... Est-il possible de donner des précisions ?

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

NEWSLETTER

Lire aussi dans RÉPRESSION - PRISON

Lire aussi dans RACISME

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Contestation effacée avant l’arrivée de Micron
Publié le 27/10/2021

Images Migrantes - Rencontres Cinéma et Migrations - Automne 2021
Publié le 24/10/2021

Des 37 années de débâcle judiciaire subies par Georges Ibrahim Abdallah à l’emprisonnement abusif et massif des Palestiniens : une politique de la peur au service de la continuation des crimes impérialistes
Publié le 24/10/2021

Crise d’Oka/Sage-femme en lutte/Des montagnes refuges : un podcast de Minuit Décousu
Publié le 23/10/2021

Les forces « aux » ordres
Publié le 21/10/2021

Non à la surveillance de masse et aux drones policiers !
Publié le 19/10/2021