Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ANALYSES ET RÉFLEXIONS CAPITALISME - GLOBALISATION / ÉCOLOGIE - NUCLÉAIRE
INFOS GLOBALES  
Publié le 3 avril 2023

Mon smartphone forever


Les groupes qui critiquent « l’inaction climatique » des décideurs remettent rarement en cause un des partis pris fondamentaux de ces derniers : le développement du numérique serait un atout pour faire face aux dérèglements du climat et maîtriser l’impact des activités humaines sur nos milieux de vie. La numérisation semble aller dans le sens de la « décarbonation » de nos sociétés développées, donc elle serait un processus globalement positif. Et d’ailleurs, les activistes qui luttent pour la « défense du climat » utilisent tout naturellement les réseaux sociaux, les messageries et les smartphones, pour faire circuler leurs idées, donner des rendez-vous, etc.

Il y a méprise. Il est temps de prendre en compte tous les éléments qui nous indiquent que la numérisation galopante est un facteur d’accélération du désastre écologique provoqué par notre mode de vie. À la fin de la décennie 2010, le système numérique dans son ensemble consommait déjà entre 10 et 15% de l’électricité mondiale, et sa consommation d’électricité doublait tous les quatre ans. La consommation d’énergie globale du système numérique augmentait chaque année de 9%. La part prise par le numérique dans les émissions de gaz à effet de serre avait rejoint celle du transport aérien (4% du total. Joli, pour un secteur réputé « immatériel »). Toutes ces tendances n’ont pu que s’emballer, avec l’injonction à travailler, consommer et se fréquenter à distance, pendant la période du Covid et des confinements.

Avant 2020, on estime qu’il y avait, à chaque minute, de par le monde : 1,3 million de connexions à Facebook ; 4,1 millions de recherches sur Google ; 4,7 millions de vidéos consultées sur Youtube. Et les vidéos en ligne représentaient déjà 80% du trafic de données numériques, en croissance continue.

Le plus gros de l’impact écologique du numérique se joue pourtant lors de la fabrication des appareils, des écrans tactiles, des serveurs des datacenters, des antennes-relais, des câbles, des puces, etc. Cette production de milliards de composants est à l’origine d’un extraordinaire boom minier. Au nom de la soi-disant transition énergétique, l’humanité connectée compte extraire, en quelques décennies, autant de métaux de la croûte terrestre que ce qui s’est fait entre l’Antiquité et l’an 2000. Il faut multiplier par deux, par cinq, parfois par trente, les quantités de cuivre, d’argent, de nickel, de lithium, de terres rares… Il faut ouvrir de nouvelles mines partout dans le monde, y compris en Europe, et creuser toujours plus profond pour fabriquer en masse des voitures électriques bardées d’électronique, des objets connectés et des semi-conducteurs. Or, l’industrie minière consomme des quantités effroyables d’eau, souille les cours d’eau et les nappes phréatiques avec des produits chimiques hyper-toxiques, aggrave donc les sécheresses sur de nombreux territoires… Et elle est une des industries qui émet le plus de gaz à effet de serre.

Pour ne rien arranger, les conditions de travail dans les usines qui produisent notre quincaillerie électronique, en Asie principalement, sont dignes des bagnes ouvriers du XIXe siècle en Europe. Et nos appareils à obsolescence programmée terminent dans des décharges à ciel ouvert, au Ghana notamment, où ils ont encore le pouvoir d’empoisonner des animaux, des paysans, des enfants.

Le numérique n’est une solution à rien, il est un accélérateur et multiplicateur de tous les problèmes sociaux et écologiques. Le smartphone est une de nos attaches les plus importantes à un système de prédation, de guerres, de mort. Débranchons-nous, au plus vite.

Écran total Occitanie, 11 mars 2023

P.-S.

A lire sur le sujet :

  • Rapport du Shift Project, Climat : l’insoutenable usage de la vidéo en ligne (2019) ;
  • Fabien Lebrun, On achève bien les enfants (Le Bord de l’eau, 2020) ;
  • Jenny Chan, Xu Lizhi et Yang, La Machine est ton seigneur et ton maître (Agone, 2020) ;
  • Groupe MARCUSE, La Liberté dans le coma (La Lenteur, 2019) ;
  • Hervé Krief, Internet ou le retour à la bougie (Quartz, 2018).

Proposé par vezon
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

NEWSLETTER

Lire aussi dans ÉCOLOGIE - NUCLÉAIRE

Lire aussi dans CAPITALISME - GLOBALISATION

Lire aussi dans INFOS GLOBALES

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Nazis dans la rue, RN à l’Assemblée : c’est toute l’extrême droite qu’il faut combattre
Publié le 5/06/2023

La théorie postcoloniale et le spectre du capital
Publié le 5/06/2023

Mardi 6 juin, appel à cortège unitaire et déter !!!
Publié le 3/06/2023

Petite œuvre d’art sur Mairie en déchéance
Publié le 3/06/2023

Marche blanche pour Mehdi Berroukeche
Publié le 2/06/2023

Dans la Drôme, des terres à défendre
Publié le 1er/06/2023