Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS LOGEMENT - SQUAT / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES
SAINT-ÉTIENNE  
Publié le 20 juin 2020 | Maj le 1er juillet 2020

Communiqué de la Maison des Peuples suite à l’expulsion


Communiqué suite à l’expulsion de la Maison des Peuples et appel à fêter la musique dimanche sur la place des Ursules.
Hier matin, à 10h30, une centaine de policiers sont mobilisés rue Gambetta à Saint-Étienne, ils viennent expulser la Maison des Peuples - le Bourgeon.

À ce moment-là, nous sommes 7 à l’intérieur. Certain.e.s d’entre nous se reposent à l’étage, tandis que d’autres sont sur le toit, en train de coudre une banderole « Stop au Racisme d’État ».
La porte vole en éclats, une cinquantaine de policiers pénètrent les lieux pour nous interpeller. Ils sont si nombreux à l’intérieur qu’ils peinent à nous faire traverser les couloirs vers la sortie, alors que nous n’opposons aucune résistance. Une partie d’entre nous attend un long moment qu’une policière vienne effectuer les palpations, tandis que les autres sont emmenés au commissariat. Arrestation, menottes, placement en garde-à-vue. Certain.e.s d’entre nous ont pu récupérer leur sac à dos, nous perdons un mégaphone, une visseuse, trois duvets, un camping gaz, des tissus et matos de couture, une super salade amenée par une amie en soutien, des cordes, et le merveilleux seau qui nous permettait de partager café, eau, viennoiseries et petits mots doux avec les gens présent.e.s sur la place des Ursules.

Les forces de l’ordre remballent immédiatement les banderoles en cours de fabrication et celles affichées sur la façade. En sortant du bâtiment, nous sommes halluciné.e.s de voir le déploiement de forces de police. La rue Gambetta est entièrement barrée, avec dans sa longueur une vingtaine de fourgons de gendarmerie. Des policiers partout, en surnombre. La police elle-même a du mal à organiser l’arrivée des voitures qui doivent nous emmener au commissariat.

La garde à vue se termine à 18h. Nous sommes convoqué.e.s devant le tribunal en février 2021. La loi est claire : lorsque des personnes sont en mesure de prouver qu’elles résident depuis plus de 48h sur les lieux, ce que nous avons fait, elles ne peuvent en être expulsé.e.s sans une décision de justice. Le préfet et la police n’ont pas respecté nos droits. Les seules dégradations commises dans les lieux ont été le fait de la police lors de l’expulsion : porte éclatée, velux brisé, tuiles cassées, gouttières dégondées, rideaux et tringles arrachés. Sans parler du fait d’avoir anéanti en quelques minutes une initiative collective et populaire rassemblant plusieurs centaines de personnes à Saint-Étienne.

Aucun.e de nous n’a subi de violences physiques, ni lors de l’interpellation ni en garde-à-vue, mais nous n’avons aucun doute sur le fait que cela en aurait été autrement si les 7 personnes se trouvant dans les lieux à ce moment-là n’avaient pas été blanches.

De nombreuses personnes sont venu.e.s en soutien pendant l’occupation, pendant l’expulsion, pendant la garde à vue à l’extérieur du commissariat, puis sur la place des Ursules. On tient à les remercier tou.te.s chaleureusement !
Sur les rideaux métalliques de la Maison des Peuples, on peut lire :

Le Bourgeon refleurira.

Nous appelons aux initiatives de toutes sortes devant le lieu, sur la place des Ursules (ou nouvelle place des Peuples !).

Une fête de la musique y est d’ores et déjà appelée dimanche soir. La Maison des Peuples est fermée, c’est pas grave, la maison c’est nous et le Bourgeon refleurira !

Proposé par willybrouillard
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

En complément...

ACTUALITÉS   LOGEMENT - SQUAT / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Ouverture de la Maison Des Peuples

Ce lieu est réquisitionné par un collectif populaire, autogéré et indépendant.
Ce local, qui appartient au cabinet Humbert, est vide depuis deux ans. Il n’est ni à vendre, ni à louer, aucun projet n’y est prévu. L’ancien Moove est en bon état, et en plein centre de Saint-Étienne (place des Ursules).
À partir du 17 juin, l’été arrive. Depuis la Maison Des Peuples de Saint-Étienne, le Bourgeon voit le jour.

Publié le 18/06/2020

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans SAINT-ÉTIENNE

Lire aussi dans LOGEMENT - SQUAT

Lire aussi dans VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Prison de Latina (Italie) : « Solidarité entre prisonnier.e.s anarchistes ». Un texte de Francesca
Publié le 27/10/2020

Jean Louis Gagnaire ou la raclure la plus zélée du macronisme local
Publié le 26/10/2020

Retour sur la mobilisation Antifasciste à Grenoble du 21 octobre
Publié le 23/10/2020

Contre le projet de fusion des universités et pour le maintien de l’UJM !
Publié le 22/10/2020

Collecte commune Brigades de solidarité Green Angels Solidarité
Publié le 22/10/2020

À propos d’Abdelhakim Sefrioui et du collectif Cheikh Yassine
Publié le 20/10/2020