Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ANALYSES ET RÉFLEXIONS ÉDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / MOBILISATIONS - LUTTES
Publié le 6 mars 2020 | Maj le 23 avril 2020 | 1 complément

Appel à une « université morte » pour que l’université vive


En réaction à la situation de l’université déjà touchée par la précarité et menacée tout autant par la réforme des retraites que par la nouvelle loi de réorganisation de la recherche, la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR), le monde universitaire a décidé de faire du 5 mars le début d’un mouvement nommé « L’université et la recherche s’arrêtent » [1]. Pour cause de congés, l’université de Saint-Étienne emboîtera le pas le mardi 10 mars. Rapide décryptage et point sur les mobilisations en cours à Saint-Étienne.

Contre la LPPR et le projet sur les retraites, un même combat

Que le projet de Loi pour une programmation pluriannuelle de la recherche arrive dans la foulée du projet de loi sur les retraites n’est pas un hasard. Les deux relèvent à l’évidence d’un même élan néolibéral de transformation de l’État et de la société, mais il y a plus que cela. Le projet sur les retraites prévoit une diminution drastique des cotisations de l’État, créant par ailleurs un déficit du système des retraites qui n’existe pas à l’état actuel. Un volet des « économies » ainsi réalisées serait redirigé vers le financement des universités afin d’augmenter le niveau de rémunération des enseignant.e.s-chercheur.e.s (mais de façon inégalitaire, on y revient ensuite) et de compenser pour partie la baisse de leurs pensions (selon les estimations, la perte serait de près de 400 euros mensuels avec le nouveau système) [2]. Le gouvernement espère ainsi faire passer la réforme des retraites auprès des universitaires… tout en restructurant profondément le fonctionnement de l’université.

Vers une précarisation accrue à l’université

« Il faut une loi ambitieuse, inégalitaire – oui, inégalitaire, une loi vertueuse et darwinienne, qui encourage les scientifiques, équipes, laboratoires, établissements les plus performants à l’échelle internationale. »

C’est ainsi que le PDG du CNRS, Antoine Petit, s’exprimait dans le journal Les Échos en date du 26 novembre 2019. Il annonçait clairement le principe qui guide le projet de loi que le gouvernement prépare [3]. L’une des mesures consisterait à supprimer le plafond actuel du nombre d’heures d’enseignement annuel (192 heures) dans le but de moduler les services selon le profil de l’enseignant.e chercheur.e. Il s’agirait ainsi de réduire le volume d’enseignement pour les « excellent.e.s », tandis que les « médiocres » se verraient imposer autant d’heures que nécessaire, sans qu’elles ne soient payées ou considérées comme des heures supplémentaires. Hormis la mise en concurrence des personnels que la loi entend ainsi favoriser, l’objectif est aussi de réduire le recours aux « vacataires » (les personnes ayant des contrats précaires, rémunérées à l’heure de cours enseignée), et donc de faire des économies.

Le projet prévoit également de créer des « CDI-chantier » ; ces contrats soi-disant à « durée indéterminée » prendraient fin. Il s’agit de généraliser le recrutement sur contrat afin de réduire autant que possible la création de postes de fonctionnaires. Cela aurait pour conséquence une titularisation encore plus rare et tardive, et donc, une précarisation accrue au sein de l’université. Notons qu’à l’Université Jean Monnet, la proportion des enseignant.e.s contractuel.le.s (c’est-à-dire non fonctionnaires) s’élève déjà à près de 30 % (parmi le personnel administratif, cette part est de 23 %).

Le gouvernement fait alors le choix de renforcer le financement par projets et contrats plutôt que par l’allocation pérenne de moyens. La compétition entre les équipes de recherche que ces mesures favorisent ont des effets contre-productifs – les enseignant.e.s-chercheur.e.s consacrent leur temps à déposer des projets, à évaluer leur propre production et celle des autres plutôt qu’à faire leur métier – et crée une recherche « aux ordres » : la recherche se doit alors de répondre à une « commande » (que celle-ci émane de l’État, d’une collectivité publique ou d’une entreprise), au détriment de son autonomie.

On estime aujourd’hui que les vacataires assurent l’équivalent du volume d’enseignement de 13 000 postes de MCF et représentent en moyenne plus du quart des personnels enseignants.

Il faut enfin rappeler que cette loi poursuit un mouvement déjà amorcé de précarisation des emplois dans les universités dont les jeunes chercheur.e.s sont les premières victimes. Depuis les années 1990, le nombre de postes de maître.sses de conférence (MCF) ouverts au concours a diminué de 65 %. On estime aujourd’hui que les vacataires assurent l’équivalent du volume d’enseignement de 13 000 postes de MCF et représentent en moyenne plus du quart des personnels enseignants [4].

La mobilisation à l’Université Jean Monnet

L’université (étudiant.e.s, personnels administratifs, enseignant.e.s-chercheur.e.s) a rejoint les protestations contre la réforme des retraites dès le 5 décembre. Des personnels ont été en grève de façon plus ou moins durable, ce qui a conduit à l’annulation de certains examens. Des assemblées générales régulières ont aussi eu lieu, notamment inter-degrés, concourant à la création d’une caisse de grève commune aux différents degrés de l’éducation [5]. Des opérations de tractage ont enfin été menées sur les différents sites universitaires de St-Étienne. Depuis janvier, pour dénoncer plus spécifiquement les conséquences de la LPPR sur la recherche, plusieurs motions ont été adoptées par des laboratoires de recherche (Centre CIEREC-CELEC, Centre Max Weber, Coactis, les doctorant.e.s lettres et arts, Triangle, unité de recherche Éducation, cultures, politiques) ainsi que par différents départements (arts plastiques, études anglophones, études politiques et territoriales, sociologie, histoire, lettres).

Si la mobilisation est longtemps restée en-deçà de ce que l’on pouvait attendre, elle s’est renforcée au fil du temps. Depuis février, la mobilisation marquée jusque-là surtout par l’engagement les personnels a été rejointe plus massivement par les étudiant.e.s. L’UJM rejoindra la mobilisation nationale à partir du 10 mars avec tractage, programme alternatif de discussions, AG (centrale et spécifique à la question de la précarité) et projections.

Notes

[1Le site de l’université ouverte, https://universiteouverte.org/, regroupe les différentes informations sur la mobilisation nationale lancée à l’appel de la coordination nationale des facs et des labos en lutte.

[2Lire l’analyse présentée dans http://www.groupejeanpierrevernant.info/#Desenfumage.

[3Pour une présentation synthétique de la LPPR, lire également http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article8613. Sur les personnes à l’initiative de ce projet, lire http://www.groupejeanpierrevernant.info/#FAQLPPR.

[5Pour soutenir la Caisse des grévistes de l’éducation, vous pouvez adresser vos dons par chèque envoyé « Solidarité Éduc’ 42, 4 place Jean Jaurès 42000 Saint-Étienne » ou en espèces directement dans la caisse qui circule dans les manifestations. Pour en bénéficier, vous pouvez contacter l’association en écrivant à l’adresse solideduc42 chez gmail.com.


Proposé par IDEuX
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

1 complément

  • Journée marquée le matin par une AG précarité réunissant entre quarante et cinquante personnes. Des doctorant.es, des vacataires, des enseignant.es contractuel.les et des étudiant.es qui constituaient une majorité de l’AG ont pu témoigner de leur précarité partagée et soumettre diverses revendications propres à l’échelle locale comme nationale.

    La participation aux différents ateliers n’a pas été homogène mais elle a pu concerner et alerter différent.es membres de l’UJM.

    L’AG de 17h a prévu la création d’un comité de mobilisation et a décidé plusieurs événements pour le 12 mars, journée nationale contre la précarité à l’université, dont le programme sera bientôt publié !

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans MOBILISATIONS - LUTTES

Lire aussi dans ÉDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

1er juillet 1910 : éxécution de Jean-Jaques Liabeuf, stéphanois et « tueur de flics »
Publié le 1er/07/2020

Enzo Traverso : « Les déboulonneurs de statues n’effacent pas l’histoire, ils nous la font voir plus clairement »
Publié le 29/06/2020

Élections municipales à Saint-Étienne : victoire absolue de l’abstention
Publié le 29/06/2020

Démission à l’UJM : encore un effort camarades
Publié le 28/06/2020

Démission collective à l’Université Jean Monnet contre le projet de fusion !
Publié le 26/06/2020

Pétition pour le transfert de réfugié.es piégé.es dans les camps en Grèce
Publié le 25/06/2020