Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS MOBILISATIONS - LUTTES
SAINT-ÉTIENNE  
Publié le 21 mai 2020 | Maj le 24 mai 2020

À la queue-leu-leu contre ce monde sans queue ni tête


Samedi passé, à 14h, et comme chaque samedi depuis 18 mois (moins 2 de confinement), les Gilets Jaunes appelaient à se rassembler Place du Peuple pour protester contre le gouvernement d’Emmanuel Macron, et entre autres exploits sa gestion de la pandémie de covid-19.
Tout ceci dans le respect des normes de distanciation sociale imposées par l’état d’urgence sanitaire, les manifestant.e.s présent.e.s se tenant éloignée.e.s les un.e.s des autres, par petits groupes de 5 ou 6, et la plupart portant des masques. Quelques pancartes revendicatives, ainsi que des blouses de soignant.e.s étaient présentes.

Et c’est sans surprise, à 14h05 pétantes, que débarquèrent trois fourgons de la police nationale, contenant chacun 3 ou 4 policier.e.s, pour certain.e.s sans masques mais flash-ball en main, et bien décidé.e.s à faire respecter les règles d’hygiène en vigueur, afin que nous citoyen.ne.s restions en bonne santé.
On s’étonnera de la soudaine précipitation de la police à s’inquiéter de la bien portance des personnes, étant donné les très nombreuses blessures et meurtres dont elle est responsable depuis des dizaines d’années

À l’arrivée des agents, les quelques soixante manifestant.e.s s’écartèrent encore plus les un.e.s des autres, ce qui n’empêcha pas que plusieurs amendes ne tombent, sous les huées.
On s’étonnera que les policier.e.s, trop occupé.e.s à rédiger des PV à celleux qui semblaient porter trop haut quelques idéaux qui ne leur plaisaient pas, ne remarquent pas que sur cette même Place du Peuple, une cinquantaine de personnes, en grande majorité sans masques, à moins d’un mètre les un.e.s des autres, faisaient la queue devant Zara. Ou que si ielles le remarquèrent, cela semblait cette fois-ci ne pas poser de problème sanitaire.
Comme l’ont si bien crié les GJ en général et une manifestante présente ce jour-là, il est évidemment de plus en plus clair que la nouvelle devise de la France semble être :

Travaille, consomme, et ferme ta gueule.

Alors samedi prochain, et puisque cela semble être aussi simple que cela, retrouvons-nous encore à 14h sur la Place du Peuple, et mettons-nous les un.e.s derrière les autres, devant toutes les grandes enseignes, envahissons la ville de files d’attentes inutiles, de queues-leu-leu où les premie.re.s deviennent à l’infini les dernier.e.s, pour bloquer, chanter, se soutenir, pour voir la gueule des flics chercher qui fait son shopping pour de vrai, et pour hurler notre dégoût du monde que ce gouvernement construit, celui des drones, de la précarité, des flics, du profit et de la privatisation.

Du fric pour l’hôpital public !


Proposé par willybrouillard
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans MOBILISATIONS - LUTTES

Lire aussi dans SAINT-ÉTIENNE

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Atelier Google : “évangélisation” en freelance
Publié le 30/05/2020

Restructuration et rentabilité statistique à travers la gestion pandémique
Publié le 29/05/2020

Petit argumentaire juridique pour justifier d’aller voir un.e proche incarcéré.e à plus de 100 kilomètres de chez soi
Publié le 25/05/2020

25 mai 1973 : fin de la grève des sans-papiers tunisiens
Publié le 25/05/2020

Saint-Etienne ville cosmopolite, prolétaire et solidaire !
Publié le 24/05/2020

On ne veut pas moins, on ne veut pas autant, on veut plus !
Publié le 24/05/2020