Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS ÉDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / MOBILISATIONS - LUTTES
SAINT-ÉTIENNE  
Publié le 4 mars 2009 | Maj le 25 novembre 2021 | 1 complément

Malgré la fermeture administrative... Poursuite du mouvement de grève à l’université Jean Monnet


Mardi 3 mars, jusqu’à 14h et depuis 7h, les étudiants grévistes continuaient l’occupation de la fac. A 14h, une forte délégation de la présidence (environ 40 personnes) est venue nous signifier la fermeture administrative de la fac de Tréfilerie et nous demander de partir. Les arguments employés pour justifier cette fermeture (blocage du personnel administratif par les grévistes, occupation nocturne « potentiellement dangereuse ») n’étaient que des prétextes pour parvenir à leur seul objectif : la reprise des cours dès mercredi.
Nous rappelons que le personnel et les étudiants de l’UJM font depuis plusieurs semaines massivement la grève et que le blocage des locaux est voté à la majorité depuis plusieurs AG. Il est évident que la présidence se moque d’un mouvement massif et collectif et n’a qu’un objectif : le diviser et faire reprendre les cours.

Devant notre refus de partir, une négociation s’est entamée, avec une proposition de la présidence tout à fait hilarante : quitter les lieux, reprendre les cours dès mercredi, mais nous laisser à disposition l’amphi le plus excentré de la fac... Nous avons bien sûr refusé et réclamé une proposition plus sérieuse en attendant de préparer nos propositions.
Pendant ce temps, et devant la menace d’intervention policière, de nombreux renforts sont venus nous rejoindre, rentrant parfois dans la fac par des moyens cocasses, puisque l’entrée a été bloquée par le service d’ordre de la présidence une bonne partie de l’après-midi. Notons au passage qu’une vingtaine de membres de la CGT, mais aussi FSU, FO, sont également venus nous soutenir, renforçant ainsi encore plus les liens déjà tissés avec les autres secteurs du monde du travail. Nous les en remercions encore.

Devant le statu quo et l’absence de nouvelles propositions, la fac est restée occupée toute la nuit avec toujours des passages de la présidence pour nous « faire peur », et nous informer notamment que c’était le préfet qui pouvait désormais décider d’une intervention policière, puisque le président de l’université lui a délégué ce pouvoir là ...

La fac est donc fermée administrativement aujourd’hui, mercredi 4 mars, donc le personnel de l’UJM ne travaille pas. La présidence concrétisant ainsi une situation qu’ils sont venus dénoncer la veille - alors que parmi les grévistes se posait la question de laisser passer le personnel administratif à nouveau.
Bravo et merci à tous ces charlots d’afficher ainsi leurs contradictions et de nous faire bien rire...

Quoiqu’on pense des éventuelles « erreurs » des bloqueurs, il faut avant tout comprendre que la présidence de l’UJM essaie de casser la grève. Le mouvement continue et le programme reste intact (débats de l’université solidaire, bouffe collective, manifs...) et nous appelons tous les grévistes à protester contre cette fermeture administrative et à nous rejoindre sur le site de Tréfilerie.


Proposé par garagnas
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

1 complément

  • Lettre envoyée à Khaled Bouabdallah le 04/03/09 :
    Monsieur le président,

    _Le mouvement des étudiants grévistes à décidé collectivement de renouer un certain dialogue avec vous. A compter de ce jour nous ne nous adresserons plus à vous que par ce biais. Nos revendications et positions sont les suivantes :
    Nous condamnons toute forme de répression policière (présence, interventions et violences), en accord avec la motion votée par la Coordination Nationale du 11/02 et adoptée par lA.G. du 12/02.

    Nous rappelons les efforts consentis de notre part à l’égard des personnels administratifs, qui auraient pu assurer leurs fonctions si le site n’avait pas fait l’objet d’une fermeture administrative assortie d’une délégation de responsabilité à votre initiative en direction du préfet de la Loire.

    En conséquence, nous exigeons la levée immédiate et sans condition de la mesure de fermeture administrative qui, par nature, était destinée à casser le mouvement.

    Concernant l’occupation nocturne des locaux, notre position reste inchangée : nous continuerons à tenir et faire vivre le site, et ce jusqu’à la prochaine A.G. dont le maintien doit être impérativement assuré, selon nos conditions et sans influence des doyens sur les étudiants...

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

NEWSLETTER

Lire aussi dans MOBILISATIONS - LUTTES

Lire aussi dans ÉDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS

Lire aussi dans SAINT-ÉTIENNE

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Mobilisation nationale et unitaire rassemblant de nombreuses fédérations, syndicats et collectifs de travailleurs·euses sociaux·iales !
Publié le 6/12/2021

Carapatage #5 – Les centres éducatifs fermés
Publié le 5/12/2021

Jeunesse et éducation enfermées
Publié le 5/12/2021

Commémoration des Justes à Saint-Étienne : l’hommage doit passer par la lutte contre l’injuste en Palestine
Publié le 5/12/2021

De mines et de design
Publié le 3/12/2021

Appel du collectif « Pour que personne ne dorme à la rue »
Publié le 30/11/2021