Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS COLONIALISME - ANTICOLONIALISME / RÉSISTANCES ET SOLIDARITÉS INTERNATIONALES
PALESTINE  
Publié le 10 février 2016 | Maj le 13 décembre 2020

Portraits de la jeunesse palestinienne en lutte


Traduction d’un article du site The Electronic Intifada du 28 janvier 2016
Article original : Portraits of Palestine’s youth rebellion
Photographies par le collectif activestills
Voir aussi l’article : Conférence - débat sur la Palestine avec Muhammad Mustafa

Personne ne nous organise. On ne veut dépendre de personne, ni qu’il soit question d’argent. Il vaut mieux être indépendant".

Est du camp de réfugiés d’Al Bureij, bande de Gaza.

Depuis presque quatre mois, les manifestations populaires, les violences et les troubles secouent la Cisjordanie occupée et la bande de Gaza, menant certains commentateurs à parler de troisième intifada ou de révolte. Elle est principalement menée par la jeunesse insoumise, fatiguée des négociations interminables et clairement inutiles de l’autorité palestinienne avec Israël qui n’ont mené ni à la fin de l’occupation militaire d’Israël ni à la fin de l’extension des colonies illégales.

C’est notre territoire. Nous devons faire tout ce que nous pouvons pour le libérer de l’occupation.

dit Mahmoud, 26 ans, du camp de réfugiés Al Azzeh à Bethléem, en Cisjordanie.

Mahmoud (pseudonyme, Israël arrête trop fréquemment les manifestants) participe régulièrement aux manifestations contre l’occupation militaire. Manifestations au cours desquelles, les jeunes affrontent les forces israéliennes avec des pierres et, plus rarement, avec des cocktails Molotov tandis que l’armée les réprime à coups de gaz lacrymogènes, de tirs de billes d’acier recouvertes de caoutchouc et de balles réelles.

Depuis début octobre, et la recrudescence des affrontements avec l’occupation, plus de 160 palestiniens et une vingtaine d’israéliens ont été tués. Un groupe de contrôle des nations unies a enregistré une moyenne hebdomadaire de 1000 palestiniens blessés par l’armée sur le dernier trimestre de 2015.

Environ un tiers des morts palestiniens et de nombreux blessés l’ont été par balles réelles dans des manifestations ou autour.

Les risques

Les jeunes qui se confrontent à l’armée israélienne sont tous bien conscients des risques encourus. Mahmoud explique :

Pendant les affrontements, les sentiments sont mitigés. Parfois, tu as peur de mourir. Mais ça fait aussi du bien d’exprimer sa colère. Je suis marié et j’ai deux enfants. La nuit, je pense à eux, à ce qu’ils deviendraient si je ne revenais pas. Mais pendant les affrontements, j’essaye de ne pas y penser.

Les manifestations sont menées par les jeunes, et non pas par des partis politiques.

Khaled (aussi un pseudonyme), 21 ans, étudiant de la région de Ramallah dit de l’autorité palestinienne qu’elle a pour seul rôle de tenter de les arrêter :

Son rôle est de nous décourager. Elle ne nous soutient pas du tout.

Une frustration palpable

Leur frustration, palpable, a suscité des débats parmi les analystes et les journalistes qui se demandent si on peut utiliser le terme de troisième intifada, alors que les jeunes ne semblent pas accorder d’importance à une désignation :

Première intifada, deuxième intifada, peu importe. L’intifada est liée à l’occupation, et elle va se poursuivre. C’est un processus en cours.

explique Mahmoud.

Les photos qui illustrent cet article ont été prises lors de manifestations dans la bande de Gaza et en Cisjordanie occupée pendant ces quatre derniers mois. Les citations sont tirées d’interviews de deux jeunes palestiniens qui n’apparaissent pas sur les photos.

Photographies par les photographes du collectif Activestills : Anne Pq à Bethléem, Ezz Al-Zanoon dans la bande de Gaza, Mohannad Darabee dans la région de Ramallah, Oren Ziv à Bethléem et dans la région de Ramallah. Retouche numérique par Shiraz Grinbaum.
Activestills est un collectif indépendant basé en Palestine/israël qui se sert de la photo comme outil de lutte sociale et politique.

On est là pour montrer à l’occupant que nous ne les accepterons pas. Nous ne vivrons pas en paix avec eux et nous continuerons à résister jusqu’à ce qu’ils s’en aillent.

Bethléem

Quiconque vient ici sait qu’il peut être arrêté, blessé ou tué. Mais finalement, je ne pense pas que qui que ce soit ait peur.

Nord de Ramallah, près de la colonie de Beit El.

N’importe qui, un temps soit peu rationnel, sait qu’il ne va pas abîmer une jeep militaire ou tuer un soldat en jetant des pierres, mais nous le faisons pour leur montrer qu’ils sont nos ennemis.

Nord de Ramallah, près de la colonie de Beit El.

Bethléem

Ils balancent beaucoup de bombes lacrymogènes dans le camp pour que les familles là -bas nous demandent d’arrêter. Mais les familles le comprennent, elles nous soutiennent et s’occupent de nous.

Bethléem

Bande de Gaza, à l’est du camp de réfugiés de Al-Bureij

On cache nos visages parce que [sinon] l’autorité d’occupation risque de nous arrêter. On craint aussi notre propre autorité [palestinienne] qui peut tout autant nous arrêter.

Bethléem

Les accords [de paix] n’ont rien amené. Les générations précédentes auraient dû les changer. On peut dire que notre rôle est de refuser ces accords. Nous sommes contre parce qu’ils ne nous apportent, à nous comme à notre pays, rien de bon.

Nord de Ramallah, près de la colonie de Beit El.

Nord de Ramallah, près de la colonie de Beit El.

Bethléem

« C’est très tendu en ce moment. On voit les vidéos de femmes de Al-Aqsa qui ne peuvent pas y entrer. L’occupation veut prendre Al-Aqsa. Pourquoi les juifs peuvent-ils y entrer et pas moi ? C’est à seulement dix kilomètres d’ici, et je n’ai pas pu mettre les pieds à Jérusalem depuis 2008. » Bethléem

« La nuit, autour de 1 heure du matin, l’armée israélienne débarque et arrête des hommes. Ils menacent aussi les familles de détruire leurs maisons si leurs fils continuent à aller jeter des pierres. » Bethléem

" La garde présidentielle (de l’autorité palestinienne) s’oppose à nous. On a eu une altercation avec eux, ils étaient un peu gênés. Ils nous ont ensuite dit qu’ils ne resteraient qu’une heure et qu’après on pourrait revenir, mais on a refusé de partir et on a continué. » Bethléem

Bande de Gaza, à l’est du camp de réfugiés de Al-Bureij

« Ce territoire est à tout le monde, pas seulement aux hommes. Bien sûr que les femmes peuvent participer aux affrontements. » Bethléem

Bethléem

« L’autorité palestinienne existe en accord avec Israël. Elle n’existe que pour rassurer Israël. Ils travaillent main dans la main avec l’armée israélienne. En Cisjordanie, personne ne les aime. » Bethléem

Bande de Gaza, à l’est du camp de réfugiés de Al-Bureij

« Nos familles essayent parfois de nous dissuader et de nous faire rester à la maison. Mais, comme dans toutes les familles, il y a quelqu’un qui s’est fait arrêter ou tuer, c’est aussi la honte d’empêcher son fils d’aller aux affrontements. Ma mère me demande de revenir après une heure, juste pour s’assurer que je vais bien. » Bethléem

Jeune palestinien portant un t-shirt avec l’inscription hashtag « Bahamish » à Bethléem. « Certains crient « Bahamish » aux soldats . Cela veut dire « c’est bon » « peu importe ». Mais s’ils nous tuent, ce n’est pas « Bahamish », c’est important ».

« La résistance a commencé il y a 100 ans. J’espère qu’on va gagner notre liberté et retourner à nos villages. Il y a un avenir pour la Palestine. Mais il n’y a pas d’avenir avec l’occupation. » Bethléem


Proposé par vla
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

NEWSLETTER

Lire aussi dans RÉSISTANCES ET SOLIDARITÉS INTERNATIONALES

Lire aussi dans COLONIALISME - ANTICOLONIALISME

Lire aussi dans PALESTINE

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Images Migrantes - Rencontres Cinéma et Migrations - Automne 2021
Publié le 24/10/2021

Des 37 années de débâcle judiciaire subies par Georges Ibrahim Abdallah à l’emprisonnement abusif et massif des Palestiniens : une politique de la peur au service de la continuation des crimes impérialistes
Publié le 24/10/2021

Rassemblement contre E. Macron à St-Etienne
Publié le 24/10/2021

Crise d’Oka/Sage-femme en lutte/Des montagnes refuges : un podcast de Minuit Décousu
Publié le 23/10/2021

Les forces « aux » ordres
Publié le 21/10/2021

Non à la surveillance de masse et aux drones policiers !
Publié le 19/10/2021