Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ANALYSES ET RÉFLEXIONS CAPITALISME - GLOBALISATION
INFOS GLOBALES  
Publié le 3 avril 2021 | Maj le 19 avril 2021

L’actualité de la question des classes sociales


Nos camarades québecois·es du collectif Temps Libre nous ont fait parvenir ce texte qu’iels ont écrit afin d’aborder la question des classes sociales dans la théorie marxiste. Il invite à chercher ce qui, dans la reproduction quotidienne du prolétariat, nourrit la contradiction à l’œuvre dans la totalité sociale et fait de cette classe la seule classe dont l’activité révolutionnaire ouvre la voie à l’abolition de toutes les classes.
Cet article constitue la première section de leur nouvelle revue, Contribution à la théorie des classes, dont le pdf est disponible gratuitement sur leur site, et que nous distribuerons en format papier dans les librairies militantes parisiennes d’ici quelques semaines. Nous recommandons chaudement sa lecture. Elle contient des réflexions détaillées sur les définitions théoriques du prolétariat comme classe du travail productif et se propose de questionner la place qu’occuperont les différentes fractions de la classe moyenne dans le processus révolutionnaire, notamment celle en charge du travail reproductif majoritairement assigné aux femmes. Si ces problématiques peuvent sembler strictement théoriques au premier abord, elles recouvrent en réalité des enjeux politiques primordiaux pour quiconque prétend comprendre le mode de production capitaliste, et donc la possibilité de son dépassement révolutionnaire. Si nous aurions quelques légers désaccords à formuler quant à la distinction qui est faite entre travailleur collectif et travailleur individuel ou les prémisses démographiques qui sont exposées dans la dernière partie de cet article, nous espérons que cette précieuse contribution permettra de nourrir la réflexion, et nous conduira éventuellement à la construction d’un dialogue critique avec nos camarades.
Image de une : New Planet, Konstantin Yuon, 1921

Article publié sur le site agitations.net

Si le moindre doute subsistait quant à la pertinence de reparler sérieusement des classes, il s’est définitivement évanoui avec les innombrables situations émeutières ayant éclaté au courant des deux dernières années, que ce soit en France, en Équateur, en Irak, au Chili, à Haïti, au Liban, en Bolivie, en Iran ou encore aux États-Unis. C’est que, tout bonnement, on ne peut rien comprendre de substantiel d’une lutte politico-économique donnée sans théorie des classes au moins implicite, en tant que c’est uniquement par son entremise que la dynamique de cette lutte peut être définie et, partant, ses futurs scénarios possibles. En effet, si les groupes en lutte ne sont pas rapportés aux classes du mode de production capitaliste et, par là, aux fonctions fondamentales par lesquelles il se reproduit, alors la compréhension que l’on peut s’en faire est d’emblée condamnée à en rester au niveau des généralités les plus insipides. Mais nul besoin d’ignorer totalement la question des classes pour se retrouver avec de sérieux problèmes théoriques. À cet effet, nous verrons comment une définition tronquée des classes fait de la contradiction qui les met en rapport une opposition statique et morte, qu’elle ne permet pas de voir de quelle manière l’activité spécifique de ces groupes, de par la place qu’ils occupent au sein des rapports de production, participe de la reproduction contradictoire de l’ensemble. Ainsi, sans théorie des classes rigoureuse, c’est la saisie même du rapport entre la constitution de la société en groupes déterminés (les classes) et la dynamique contradictoire de la société capitaliste qui reste impossible. Cela montre que du moment que les classes sont mal définies, donc mal comprises, ce n’est plus seulement telle ou telle analyse particulière d’une situation donnée qui en pâtit, c’est bien plutôt toute la théorie de ce mode de production qui finit estropiée.

Théorie de la révolution : approches classiste et aclassiste

Ce qui distingue essentiellement le matérialisme historique d’autres théories qui traitent de la société capitaliste, ce n’est pas tant son objet que le point de vue à partir duquel il l’analyse, à savoir : du point de vue de son dépassement. C’est pourquoi il peut paraître spécieux, à l’intérieur de cette théorie, de différencier ce qui relève de l’analyse du mode de production capitaliste « en tant que tel » de ce qui relève de celle du procès de son abolition, c’est-à-dire de parler de théorie de la révolution à côté d’une théorie générale du mode de production capitaliste. Ces deux niveaux d’analyse doivent être parfaitement imbriqués ; on ne peut parler du mode de production capitaliste sans parler de son caractère contradictoire, fini, et des éléments qui concourent à sa fin. Or, on peut précisément évaluer la valeur d’une théorie du mode de production capitaliste à sa capacité à harmoniser l’analyse qu’elle produit de son cours « normal » avec celle de son dépassement ou mieux, à sa capacité à rendre compte du rapport qui lie ces deux moments. Plus concrètement, cette harmonie s’exprime par le caractère immanent au mode de production des éléments essentiels à son abolition ; la théorie n’a donc pas à faire intervenir des éléments extérieurs au cours normal du développement du capitalisme pour expliquer son dépassement. On doit pouvoir montrer, compte tenu des contradictions qui sont les siennes, que ce dépassement est non seulement possible, mais qu’il ne peut pas ne pas se produire. En effet, si l’on prend au sérieux l’idée selon laquelle le système capitaliste n’est pas éternel et donc qu’il est voué à disparaître (« tout ce qui existe est digne d’être détruit », Faust), alors il faut pouvoir expliquer de manière rigoureuse le comment de ce processus. C’est évidemment ce à quoi doit répondre de manière spécifique une théorie des classes qui est aussi une théorie de la révolution.

Le concept de « classe », s’il ne fut pas inventé par Marx et Engels, ne devient un concept réellement important qu’à partir du moment où ceux-ci s’en servent pour décrire l’organisation structurelle de la société capitaliste et la manière dont cette dernière pourra être abolie, remplacée par une forme d’organisation supérieure de la vie sociale. Grâce à ce concept, le rapport entre normalité capitaliste et révolution se révèle pensable : en définissant des agents par leur place dans un système de rapports sociaux d’exploitation et d’oppression, le concept de classe définit par le fait même des pratiques antagonistes qui, elles, permettent d’identifier ceux et celles amené·es à lutter contre ce même système et ayant les moyens de l’abolir. La classe ne sert plus à classifier les individus selon leur niveau socio-économique ou selon le degré de souffrance qu’ils éprouvent, comme c’était le cas chez les socialistes utopiques, mais bien à définir des groupes dont les pratiques spécifiques reproduisent contradictoirement la société. Il s’agit bel et bien ici d’une rupture avec l’idée selon laquelle la dissolution de cette société s’effectue de manière mécanique, comme si les classes ne faisaient que la subir, prises au piège dans une spirale infernale, dont l’aboutissement ne peut être ni prévisible ni modifiable. Par l’intermédiaire du concept de classe, les êtres humains retrouvent leur rôle d’acteurs effectifs du mouvement contradictoire de la société, ils peuvent être pensés pour ce qu’ils sont effectivement : l’élément actif de cette dissolution. Et bien que l’importance historique qu’a eue ce concept pour le développement des mouvements révolutionnaires des deux derniers siècles représente déjà un indice clair du fait qu’une théorie de la révolution ne peut s’en passer sans explications, il reste encore à montrer précisément quels sont les problèmes qui émergent de son traitement négligent.

Schématiquement, on peut diviser en deux grandes catégories les différents écueils dans lesquels tombent les théories de la révolution ne portant pas d’intérêt conséquent à la question des classes : les théories à approche classiste et aclassiste. La première catégorie regroupe celles qui soutiennent en apparence la thèse selon laquelle il est nécessaire de se référer aux classes pour comprendre le procès d’abolition du capital ; « en apparence », au sens où, pour elles, c’est bel et bien les classes qui jouent le rôle décisif dans le processus révolutionnaire, mais où ce qui fait de telle classe la seule classe sans laquelle la révolution est impossible n’a rien à voir avec son activité spécifique. Enfin, la seconde catégorie se rattache à l’approche aclassiste, c’est-à-dire cette approche pour laquelle la détermination de classe n’est pas réellement déterminante pour le mouvement du mode de production capitaliste et son abolition : elle peut à la limite reconnaître l’existence des classes, mais jamais reconnaître dans le prolétariat l’élément décisif du processus révolutionnaire ; il s’agira donc tantôt des « amis » (Comité invisible), des jeunes, du peuple, de la multitude, tantôt du 99%.

C’est à la première catégorie d’écueils qu’appartient l’une des définitions les plus répandues du prolétariat : serait prolétaire toute personne dépossédée/séparée des moyens de production, ne possédant donc que sa seule force de travail pour survivre. En rester là, c’est produire une théorie des classes qui a l’apparence de s’appuyer sur les rapports de production – les rapports sociaux fondamentaux de toute société – alors qu’il n’est question dans cette définition que de seuls rapports de propriété, à savoir « posséder ou ne pas posséder les moyens de production ». C’est bien plutôt les places occupées par les agents au sein même du procès de production, du procès de travail, qui définissent des rapports de production [1] . Contrairement à ce que présuppose une telle manière de définir le prolétariat, dans le mode de production capitaliste, le fait d’être dépossédé·e des moyens de production n’est pas tant la cause que l’effet du rapport de production d’exploitation. C’est ce dernier – au sein duquel le travail du prolétariat s’objective dans le capital sous forme de plus-value pour lui faire face comme une puissance étrangère – qui explique la non-possession et qui la reproduit au terme de chaque cycle de rotation du capital. Et cela, en dépit du fait que la séparation entre force de travail et moyens de production fut la cause du libre développement du mode de production capitaliste, entendue comme sa condition historique préalable [2] . En effet, à mesure que ce dernier s’affermit et s’impose en faisant correspondre le monde à son concept, ce qui se présentait comme sa « cause » – la séparation des productrices et producteurs de leurs moyens de production – est tourné en son contraire et devient « effet ». « Ne rien posséder », tout le monde est d’accord pour affirmer qu’il s’agit là d’une condition au travail salarié – mais cela, au même titre que l’existence d’une puissance qui s’érige au-dessus des classes pour assurer la pérennité des rapports de production actuels (l’État) : ce sont des conditions que présuppose le capital et qu’il produit effectivement comme ses conditions.

Le procès de production capitaliste reproduit donc de lui-même la séparation entre travailleur et conditions du travail. Il reproduit et éternise par cela même les conditions qui forcent l’ouvrier à se vendre pour vivre, et mettent le capitaliste en état de l’acheter pour s’enrichir. Ce n’est plus le hasard [entendre : cause extrinsèque à sa propre logique, nda] qui les place en face l’un de l’autre sur le marché comme vendeur et acheteur. C’est le double moulinet du procès lui-même, qui rejette toujours le premier sur le marché comme vendeur de sa force de travail et transforme son produit toujours en moyen d’achat pour le second. Le travailleur appartient en fait à la classe capitaliste, avant de se vendre à un capitaliste individuel. […] Le procès de production capitaliste considéré dans sa continuité ou comme reproduction, ne produit donc pas seulement marchandise, ni seulement plus-value ; il produit et éternise le rapport social entre capitaliste et salarié [3].

P.-S.

La suite de cet article sur le site agitations.net

Notes

[1On a cherché à maintenir que certains rapports de propriété sont aussi immédiatement des rapports de production, au sens où les rapports de propriété qui ont pour moyen terme les moyens de production définiraient deux classes : celle devant vendre sa force de travail (les non-propriétaires) et celle détenant les moyens de production (celle des propriétaires). Ce rapport de propriété définirait ainsi, en même temps, un rapport d’exploitation et pourrait donc être utilisé comme critère de définition des classes. Le problème, c’est que ce rapport, à lui seul, est insuffisant – quoique nécessaire – pour définir le rapport d’exploitation capitaliste : en rester à celui-ci, c’est faire de toute personne non propriétaire de moyens de production (la classe moyenne salariée, notamment) des prolétaires

[2Cf. notamment, le cas de l’accumulation primitive en Angleterre.

[3Marx, Le Capital, livre 1, t. III, Éd. Sociales, 1978, pp. 19-20.


Proposé par _
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

NEWSLETTER

Lire aussi dans CAPITALISME - GLOBALISATION

Lire aussi dans INFOS GLOBALES

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Le 1er décembre 1955, Rosa Parks refuse d’obéir aux injonctions ségrégationnistes et racistes du conducteur James Blake
Publié le 1er/12/2021

Appel du collectif « Pour que personne ne dorme à la rue »
Publié le 30/11/2021

Parlons Justice ! Action de soutien contre l’isolement
Publié le 29/11/2021

L’Actu des Oublié.e.s : Saison II - Episode 6 : Femmes en lutte et industrie néo-coloniale
Publié le 29/11/2021

Libre Flot - Lettre depuis l’isolement
Publié le 25/11/2021

La possibilité de l’écofascisme
Publié le 24/11/2021