Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
SAINT-ÉTIENNE  
Publié le 9 septembre 2005 | Maj le 13 mai 2020

La France Pue annonce : KOBRA XI + CALAVERA & Guests


CALAVERA, ovni de la planète hip-hop hexagonale s’acharne à défendre un rap engagé, radical, à contre-courant de tous les clichés inhérents à ce milieu gangréné par le machisme, l’appât du gain et les comportements dominateurs. Après avoir sorti 2 CD (« L’Humanité Combat » et « Briser les Citadelles ») et un split CD avec TRAUMA (« Co-Incidence Vol.1 »), ils s’apprêtent à sortir un 45 tours (« Ideal/Spleen ») co-produit par plusieurs labels alternatifs et un album.

Sur tous les fronts, CALAVERA n’hésite jamais à jouer en soutien pour diverses causes (prisonniers, groupes anarchistes...).Ce genre de groupe est tellement rare, qu’ils méritent notre soutien plus que jamais. (cf textes + bas)
Pas grand-chose à dire sur KOBRA XI, si ce n’est qu’ils viennent de République Tchèque et qu’ils officient dans le grind/thrashcore, qu’ils ont un split 45t avec les Slovaques S.I.K.A. et qu’ils sont en tournée européenne. Ce sera donc la surprise de la soirée...faut aussi être curieux et apprendre à découvrir des groupes qui ne bénéficient pas de beaucoup de « médiatisation » (même alternative), héhé...
Elephant Pub / 9, rue de la Richelandière / ST ETIENNE / 20H00 / $5
+ d’infos http://www.lafrancepue.net

CALAVERA « Grenade Incendiaire »

J’encule le rock identitaire, j’emmerde le rap communautaire.
J’insulte toutes les dérives sectaires, des religieux aux libertaires.
Je prône les expeds punitives contre le RIF et leurs concerts.
Comment tu veux que je me la ferme quand Sarkozy et les siens soutiennent le Bloc Identitaire ?
Pour ça, respect aux skinheads qui cassent la gueule aux boneheads.
Je prône une solidarité immigrée intergénérationnelle.
Il faut une solidarité généralisée de tous les opprimés de ce système.
Dès aujourd’hui, il faut construire nos réseaux et nos maquis avant qu’ils réouvrent Drancy.
Qu’ils nous dégomment tous un par un à coups de nation ou de patrie.
Avant de finir sur le parvis lors d’une manif ou d’un freestyle.
Les nationalistes au pouvoir, c’est déjà partout en Europe.
Et ça après deux guerres mondiales, y’a de quoi plus croire au droit de vote.
Si c’est ça la démocratie, je commence à charger mon fusil.
La liberté n’a pas de prix.
Moi, dans cette vie, c’est la seule chose que j’ai appris.
Plus d’oppression militaire pour nous forcer à marcher dans le rang.
Plus de caméra sur nos murs pour nous surveiller tout le temps.
Sans ça les groupes de rap deviendront rapamilitaires.
Y’aura pas d’élan pacifiste s’ils veulent la guerre.
Je balance ces mots comme une grenade incendiaire.
Je balance ces mots pour foutre le feu aux ministères.
Je balance des dénonciations sans défaut d’énonciation.
Pas de dérogation, ni de passage par la censure de ma nation.
Une émanation de gaz du fond de la cave de l’Elysée vient exploser sur ta platine CD
Le QG de la droite ne va pas apprécier.
Ils lâcheront leurs flics pour protéger le PDG de l’Etat français.
L’ordre moral pour stigmatiser une fois de plus le rap français.
Ils ont voulu nous faire taire.
Récupérer notre musique et faire leurs affaires.
Et combien se sont vendu-e-s pour des billets bleus,roses ou verts.
Aujourd’hui, on la récupère.
Pas de la branlette comme le clash.
Testostérone, égocentrisme.
Mais une arbalète aux flêches en flammes, traquant, brûlant les injustices d’un systême répressif.
A coups d’attaques liberticides, ils feront du rap, un mode d’expression libertaire.
On ne répondra pas 100 ans par du verbe acide à vos attaques militaires pour vendre votre merde.
On ne veut plus d’attaques économiques
On ne veut plus de bombes médiatiques
Sinon, une guérilla sanglante éclatera sur vos vitres.
On ne veut plus de votre marchandisation de la musique.
Sinon, une guérilla sonore fera exploser vos vitres.
Je balance ces mots comme une grenade incendiaire.
Je balance ces mots sur la droite sécuritaire
Je balance ces mots sur le Medef et Seillière
Je balance ces mots pour foutre le feu aux ministères
Je balance ces mots pour mener les majors au cimetière
Je balance ces mots sur les vendu-es d’aujourd’hui et d’hier
Je balance ces mots pour que la conscience de classe renaisse eu milieu de toute cette misère
Je balance ces mots comme une grenade incendiaire.
Comme une grenade incendiaire

CALAVERA « Feminista »

POUR TOUTES LES FILLES ET LES FEMMES
SUR LA LIGNE DE FRONT
QUI N’ACCEPTENT PLUS LA SOUMISSION
QUI SUBISSENT VIOLENCES ET TENSIONS

QUI LUTTENT CHAQUE JOUR POUR LEUR LIBÉRATION

Comment tu veux que je me retrouve
Dans ce putain de milieu misogyne
Comment tu veux que les gosses s’y retrouvent
On tape les femmes depuis les origines
C’est écrit dans les livres saints
Ils ont maudit tout ce qui n’était pas viril
C’est décrit : cul, chatte, seins et sans esprit
Par tous ces rappers séniles
Ils n’ont pas sorti ça de nihil
Une tradition patriarcale
Pour un avenir stérile
Pas facile pour elles d’avancer
Avec tant de connards au mètre carré
Je ne parle pas des connes qui se prostituent
En vendant leur cul à la TV
Dans chaque clip de rap c’est :
Biftons, voitures et petites pépées à poil
Pas envie de me faire assimiler
A cette masse lobotomisée
Dans le hip-hop, ils parlent de contre-culture
Alors qu’il s’est fait bouffer par le systême
Contester, c’est parler de shit et de biture
Et des nanas possédées par le diable
Qui leur disent qu’elles les aiment
Pour leur tirer leur pognon
J’ai juste à dire qu’elles ont raison
Faut prendre les cons pour des cons
Après tant de temps d’exploitation
Vaut mieux s’estimer heureux
Qu’elles ne fassent pas couler le sang
Ils ont fait de cette musique
Un pur produit de consommation
Trois miniutes pathétiques
Qui invitent à chaque fois
A se soumettre à l’oppression du marché
Ouaih, ton skeud va marcher
Le cash est pour le producteur
Qui rechigne à te cracher un cachet misérable
T’auras tes deux ans au sommet
Le reste de ta vie pour te cacher
Rappelle-toi, la recette c’est :
Package, promo, passages radio
Interviews chrono et quelques nanas en maillot
Pour détourner l’attention de tes propos mal placés
Sexistes ou homophobes, misogynes ou lesbophobes
Retour en force de l’ordre moral dans le hip-hop
Les salopes ont leur gueules
En première page des magasines
Leurs noms bidons marqués en gros
A la Fnac ou chez Virgin
Ils parlent de hip-hop aux normes
Si tu en sors, ils te laminent
Alors qu’ils restent dans leurs normes
Car dehors c’est hostile
C’est plein de calaveras
Et plein d’autres champs de mines
Y’a trop de fachos dans ce mouvement
Et on compte bien leur faire la chasse
Comme à ceux des gouvernements d’ici ou d’ailleurs
Qui ne se bougent pas tellement
Pour que la condition des femmes soit meilleure
Je me bats aujourd’hui contre cette mentalité sexiste
Calavera groupe féministe
Antéchrist du hip-hop médiatique


Proposé par silvain
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans EXPRESSION - CONTRE-CULTURE

Lire aussi dans LA FRANCE PUE

Lire aussi dans SAINT-ÉTIENNE

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Expulsion imminente du squat de la poste de Solaure
Publié le 25/09/2020

Les députés votent une nouvelle mesure anti-squat
Publié le 22/09/2020

L’hypothèse autonome : entretien avec Julien Allavena
Publié le 22/09/2020

Le Rassemblement National s’invite chez Génération Identitaire
Publié le 22/09/2020

Les sans-papiers et leurs soutiens marchent vers l’Élysée !
Publié le 21/09/2020

Avorter en 1979, en 2013, au printemps 2020 : une lutte
Publié le 21/09/2020