Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS RÉPRESSION - PRISON
Publié le 18 avril 2007 | Maj le 24 août 2021 | 5 compléments

Appel à soutien pour Ramon !


Ramon est un camarade libertaire stéphanois de longue date. Depuis des années, il s’est impliqué dans différentes causes qui lui sont chères, au côté des sans papiers, dans les mobilisations syndicales, dans le mouvement contre la mondialisation, pour les transports collectifs gratuits, au sein de différents collectifs, en défense à différentes personnes injustement traduites devant les tribunaux. Aujourd’hui, il participe au collectif anti-délation de la Loire, ainsi qu’au journal Colère, journal d’expressions libertaires de la Loire.
Depuis des années, inquiet par l’évolution de la situation économique, sociale et politique du pays, il dénonce les abus, les impasses de la politique sécuritaire. Malheureusement, il en est victime à son tour et risque fort d’en payer les frais.
Il passera en jugement le jeudi 26 avril 2007, à partir de 13h30, au Tribunal de Grande Instance de Saint-Étienne.

Avec des camarades, nous nous formons en comité de soutien et vous appelons à nous rejoindre.

Pour commencer, vous pouvez, écrire ou appelez la Société des Transports de l’Agglomération Stéphanoise et demander que le contrôleur, Mr. HAMALIAN, retire la plainte qu’il a émise contre Ramon :
STAS - BP 90055 - avenue P. Mendès France - 42272 St-Priest-en-Jarez Cedex, par téléphone : service clients, INFO STAS : 04 77 33 31 35. Siège social : Tél : 04 77 92 82 00 Fax : 04 77 92 82 01

PS : Je vous joins ci-dessous la description des évènements, par Ramon lui-même.


"Jeudi 12 avril 2007, à Saint-Étienne, aux alentours de 23h-23h30, rentrant tranquillement chez moi à pied après un repas chez des amis en centre ville, je remontais la grand-rue lorsque mon attention fut attirée par un attroupement de badauds. Me joignant à eux je constatais la scène suivante :

Sur le quai de l’arrêt STAS du tramway, situé à hauteur de la faculté de lettres, rue du 11 novembre, les forces de police procédaient à une interpellation. Je fus indigné par la scène que je découvrais.
L’homme, d’un certain âge (à priori cinquantenaire), était violemment maintenu face contre terre par trois policiers en tenue. Son pantalon était baissé, de telle sorte qu’on pouvait voir ses fesses et que ses parties génitales était pressées contre le sol. Manifestement de très modeste condition, vêtu d’un tee-shirt et d’un bas de survêtement usagé, avec de l’embonpoint, des signes de précarité sociale et économique, l’homme apparaissait pourtant comme très inoffensif. Il restait très calme, se laissant complètement faire, ne prononçant aucun mot, et grimaçant parfois en stigmates de la souffrance physique qui lui était occasionnée.

Parmi les badauds, les commentaires allaient bon train, s’attristant sur la condition de ce « pauvre homme », contre la rudesse, le sur-dimensionnement des moyens employés.
Au bout de quelques minutes, il fut enfin relevé et conduit plus bas vers le véhicule de police, qui allait le prendre en charge. Un agent lui remonta enfin son pantalon.

Écoeuré par ce que je venais de voir, mais ne pouvant rien y faire, je décidais de poursuivre mon chemin. Après quelques pas et faisant écho à des commentaires que je venais juste d’entendre, je lançais le terme « Fasciste ! », à tue tête et à la volée.
Quelques pas encore, traversant la rue pour rejoindre le trottoir opposé, c’est alors que je fus violemment pris à parti par un contrôleur de la STAS, dont, jusqu’à cet instant, je n’avais pas eu conscience qu’il était présent, ni lui ni ses collègues. Il y avait effectivement beaucoup de monde et ils n’ont pas attiré mon attention pendant ces instants.
Visiblement très énervé, me rejoignant d’un pas très rapide, il m’invectivait violemment : « Quoi ! Tu m’insultes ? Pour qui tu te prends ? Qu’est ce que tu veux ? Tu me cherches ? ... »
Il se planta devant moi et il me poussa la poitrine avec ses mains à plusieurs reprises, m’obligeant à reculer. Comme il n’arrêtait pas de crier, je restais alors complètement silencieux et inerte, comme « pétrifié » par son agressivité. Il faut dire aussi que du fait de sa très forte stature, j’étais particulièrement impressionné. Je savais qu’il valait mieux que je reste tranquille en face de ce colosse quasi-hystérique, qui plus est, assermenté et porteur d’un uniforme.
Il était évident que la moindre parole, le moindre geste pouvait me coûter très cher.

Au bout de quelques instants, un policier en uniforme s’interposa entre nous. Il demanda au contrôleur de partir et m’intima un ordre similaire. J’étais comme pétrifié et ne réagis pas immédiatement. Et puis, je me demandais pourquoi on me donnait l’ordre de partir. J’aurais voulu répondre au contrôleur. Il y avait plein de monde à cet endroit, je ne comprenais pas pour quels motifs j’aurais dû m’en aller. Immédiatement, l’agent agita son tonfa et commença à m’en asséner quelques coups, me réitérant l’ordre de partir. Mais je restais encore « pétrifié, tétanisé », ne disant pas un mot, et ne bougeant les bras que par réflexe, pour me protéger des coups.
Très rapidement, en une fraction de secondes, j’eus la surprise de me retrouver à terre, complètement immobilisé, le visage appuyé sur le trottoir. D’une prise, j’avais été balayé par derrière et au saisi sur le sol, le visage appuyé contre terre.
J’eus la conscience d’une agitation autour de moi et remarquais brièvement qu’un agent de police dispersait la foule des badauds avec une bombe lacrymogène.
Je fus ensuite menotté par derrière puis, pendant quelques minutes, tenu assis à califourchon, un agent appuyant sur les menottes avec son pied.
On m’emmena ensuite dans un véhicule de police et je fus placé en garde à vue au commissariat du cours Fauriel, où, outre les conditions normales d’une garde à vue (isolement et cellules crasseuses), je fus tout à fait traité normalement.

Je suis maintenant convoqué au Tribunal de Grande Instance de Saint-Étienne, le jeudi 26 avril à 13h30, pour répondre des faits suivants : résistance avec violence à trois agents de police, et paroles de nature à porter atteinte à la dignité d’un contrôleur de la STAS.

Je me demande bien ce que j’ai fait pour mériter un tel traitement et suis surpris de la plainte émise à mon encontre. On m’accuse de violence mais c’est moi qui ait reçu des coups lors de mon arrestation. Heureusement, rien de grave, ils sont superficiels, j’ai l’oeil tuméfié, quelques os endoloris, quelques contusions. Par violence, les agents indiquent que je me suis mis en garde, un peu à la manière d’un boxeur, mais je ne cherchais qu’à me protéger des coups de tonfa. Ils disent aussi que j’essayais de donner des coups de pied lorsque j’ai été saisis. Je n’ai pas essayé car, au delà du fait que je n’en avais pas du tout l’intention, j’en étais dans l’impossibilité physique étant donné la rapidité des évènements et l’intervention ultra-efficace des forces de l’ordre.

On m’accuse d’avoir insulté un contrôleur mais c’est moi qui ait subi une agression verbale très violente, et presque physique de sa part. Si le policier ne s’était pas interposé, je me demande même s’il ne m’aurait pas frappé.

Je précise qu’avec 0,22g d’alcool dans le sang, c’est à dire presque rien (quelques vers de vin le long du repas), j’étais bien loin de l’ivresse. Par ailleurs, n’aimant pas la violence, je suis d’un tempérament pacifique. Je ne me serais pas risqué à chercher la bagarre à qui que ce soit et encore moins à un contrôleur ou à des agents de police. J’ai près de 40 ans, je suis fonctionnaire à la ville de Saint-Étienne, jusqu’à présent, mon casier judiciaire était resté complètement vierge et j’en avais une certaine fierté. Je n’ai jamais pratiqué de boxe ni aucun sport de combat qui m’enseignerait à tenir une garde. J’élève seul et avec peu de moyens une adolescente de 16 ans. Je suis bien conscient que les problèmes que je peux récolter lui retomberont dessus, d’une façon ou d’une autre.

Pour en finir avec mon récit, j’indique que j’étais la troisième personne à être placée en garde à vue ce soir là pour, tenez vous bien, une affaire toute bête d’un seul ticket non validé dans le tramway. Les deux autres personnes sont cet homme, dont je vous ai décrit les conditions de l’arrestation, et sa compagne, elle même une personne modeste et simple.
Avec les méthodes policières stéphanoises, la fin de l’engorgement des tribunaux n’est pas près d’arriver.

Je voudrais revenir sur le terme « fasciste », sorti de moi comme une espèce d’indignation. Un policier qui m’interrogeait m’a indiqué que son grand père avait fait la résistance et qu’il aurait mal pris qu’on s’adresse à lui de cette façon. Voici ce que j’aurais aimer répondre à ce contrôleur ou plus tard à ces agents de police, s’ils m’en avaient laissé l’occasion, mais aussi si je n’avais pas été retenu par la peur que je ressentais :
D’un côté le terme « fasciste » paraît exagéré, on sait ce que c’est qu’une dictature fasciste, c’est autrement plus dur et cela ne convient pas à décrire la situation de notre pays.
D’un autre côté, il serait malvenu de qualifier de fasciste une personne quelconque, même portant un uniforme, qu’on ne connaît ni en noir ni en blanc. Je ne chercherai donc pas à étiqueter quelqu’un en particulier de fasciste. Après tout, que sais-je de sa vie et qui suis-je pour pouvoir me le permettre ?

Mais pourtant, si on considère que le fascisme est une idéologie politique qui pratique et prône un état fort, centralisé, une économie libérale, l’omnipotence, l’omniprésence des forces de répression et une intolérance aigüe de tout ce qui déroge à la norme établie, système qui se caractérise aussi par ses inégalités économiques et sociales, force est de constater que cet incident presque insignifiant est un élément inquiétant à ajouter parmi tant d’autres, dont beaucoup sont hélas bien plus tragiques, un élément qui nous signifie une dérive inquiétante, une dérive fascisante de notre société.

Malgré ce qui m’arrive, je suis aussi très heureux de constater que des attroupement de badauds se forment lorsque de telles situations se présentent, qui proposent spontanément leur pratique de vigilance citoyenne, et qui ainsi permettent de limiter la violence et les abus des comportements sécuritaires. Merci à eux. Ils oeuvrent pour notre salut à toutes et tous.
Merci aussi à vous pour votre patience et votre attention me concernant."

Ramon Moya
A Saint-Étienne, le samedi 14 avril 2007.

P.-S.

Pour nous contacter :
colere42[AT]no-log.org, ou bien
Cercle de Recherche Syndicale Historique,
salle 15 bis, Bourse du Travail de Saint Étienne
42028 Saint Étienne cedex 1.
avec la mention du soutien à Ramon.
Jean Lou, du collectif Colère de Saint Étienne


Proposé par freed0m
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

5 compléments

  • quand la fiction devient réalité (allez voir le film« très bien,merci)il est plus que temps de réagir et d’agir surtout depuis le 6 mai ! le nouveau »président« veut rétablir le travail,l’ordre et la morale a t il déclaré sur les chaines de télévision, ça ne vous évoque rien ? du moins pour les plus vieux....à quand »aà e, sarco ?!

  • salut ! ex - « méchante » (!!) militante d’un parti d’extreme gauche ,au moment de mon retour sur la région je n’apprends que de mauvaises nouvelles........ alors pour avoir cotoyé ramon dans nombreuses manifs et autres actions je ne peux que lui apporter mon soutien et d’espèrer qu’il y ait de nombreuses personnes jeudi !

  • Il y a, à mon avis, une large part de provocation dans ce premier message qui n’est évidement pas signé. Si l’auteur veut bien me laisser ses coordonnées mail, nous pourrons nous rejoindre devant le tribunal jeudi prochain pour discuter de tout ça de vive voix, c’est toujours plus sympa : voilà mes coordonnées mail : marrio-(at)no-log.org

    Pour ce qui est de ton jugement de ce qui est et n’est pas révolutionnaire, il cache justement quelqu’un qui n’est pas révolté et qui ne semble pas savoir à quel point une altercation du genre de celle qu’a vécu Monsieur Moya, peut être révoltante et donc susciter une réaction.
    De plus, personne n’a jamais dit qu’il était révolutionnaire ou responsable de dire le mot fasciste lors d’une intervention de police, mais nous devons tous respecter le ressenti de Monsieur Moya face à ce qu’il a vécu.
    Effectivement, lancer le terme « fasciste », à la volée peut coûter cher mais je te poses la question : es-tu un être en vie ou un simple petit soldat de la révolution ?
    Pour ce qui est du respect de son ennemi social, tu sembles confondre la loyauté des chevaliers avec la révolte, ou encore une parti d’échec avec la notion de lutte sociale.

    En espérant te voir devant le tribunal pour nous faire par de tes « reflections » et de ta droiture l’ami...

  • Pas d’accord. Même si effectivement il y a des combats qui peuvent sembler plus importants, le fait de soutenir une personne qui s’est élevée contre l’arbitraire injustice quotidienne ne me semble pas inadéquat.
    Quant à respecter nos ennemis...

  • Il est vrai que les forces de l’ordre en ces temps ci sont gonflés ò bloc, les affronter ou les provoquer n’avance en rien le combat, ni déstablise le système en place. Lancer un en l’air un mot lourd n’a rien de responsable ni de révolutionnaire, du moins reste une provocation gratuite, les militants doivent apprendre à se maitriser pour combattre efficacement l’injustice. Les insultes ne rendent jamais service à une cause juste soit-elle.
    Evoquer sa charge parentale, c’est faire pleurer dans les chaumières. je pense que Monsieur Ramon doit assumer ses dires, etre libertaire et révolutionnaire c’est déjà respecter son ennemi sociale. Je pense il y a d’autres combats qui méritent plus d’intèret que cette dérive verbale, ne gaspillez pas votre énergie là dedans.

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

NEWSLETTER

Lire aussi dans RÉPRESSION - PRISON

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Contestation effacée avant l’arrivée de Micron
Publié le 27/10/2021

Images Migrantes - Rencontres Cinéma et Migrations - Automne 2021
Publié le 24/10/2021

Des 37 années de débâcle judiciaire subies par Georges Ibrahim Abdallah à l’emprisonnement abusif et massif des Palestiniens : une politique de la peur au service de la continuation des crimes impérialistes
Publié le 24/10/2021

Rassemblement contre E. Macron à St-Etienne
Publié le 24/10/2021

Crise d’Oka/Sage-femme en lutte/Des montagnes refuges : un podcast de Minuit Décousu
Publié le 23/10/2021

Les forces « aux » ordres
Publié le 21/10/2021