Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS RÉSISTANCES ET SOLIDARITÉS INTERNATIONALES
Publié le 22 février 2012 | Maj le 13 avril 2020

[Résistance en palestine] Khader Adnan met un terme à sa grève de la faim qui aura duré 66 jours


Ad-Dameer l’association de soutien aux prisonniers et de défense des droits de l’homme, le centre palestinien des droits de l’homme et Al-mezan le centre des droits de l’homme suivent de très prêt entre autres le cas de Khader adnan. Ces associations tiraient la sonnette d’alarme sur son état de santé très critique, il était en effet en danger de mort imminent après 66 jours de grève de la faim.

Les autorités d’Israël auront attendu le dernier moment pour se positionner, au risque de laisser Khader Adnan mourir dans sa cellule : « Nous avons trouvé un accord. Il mettra fin à sa grève de la faim et sa détention administrative ne sera pas prolongée, il sera libre le 17 avril 2012 », a annoncé une porte-parole du ministère israélien de la Justice.
Dans tout les cas, le prisonnier devra bel et bien croupir quarte mois en prison gratuitement, sans qu’aucun soupçon ni accusation ne pèsent sur lui.

Khader adnan, considéré comme un responsable local du Djihad islamique palestinien par les autorités israéliennes est un boulanger originaire d’un village près de Jenine en Cisjordanie. Il est surtout un résistant bien connu dans le mouvement pour la libération de la Palestine. Il fut arrêté le 17 décembre 2011 à 3h30 du matin par des officiers de l’armée israélienne sans aucun motif officiel et fur placé en détention administrative. Cette arrestation fut ordonnée par le commandant Yair Koles.

Cette « détention administrative » est une procédure aux termes de laquelle des personnes sont incarcérées sans inculpation ni jugement pendant des périodes pouvant aller jusqu’à six mois, renouvelables indéfiniment. Cette détention bafoue constamment le droit des détenus à un procès équitable, que garantit l’article 14 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP).

Khader Adnan compte parmi les 309 Palestiniens actuellement placés en détention administrative par les autorités israéliennes, dont un homme incarcéré depuis plus de cinq ans et 24 membres du Conseil législatif palestinien. Des centaines de prisonniers palestiniens se sont joints à sa grève de la faim.

Rappel

Ramallah, 19 février 2012 -

La Haute Cour de Justice israélienne a prévu aujourd’hui qu’une audience concernant le cas de Khader Adnan aurait lieu jeudi 23 février à 11h30. La requête a été déposée par les avocats de Khader Adnan le 15 février. La Haute Cour de Justice a reçu un rapport médical détaillé préparé le 14 février par un médecin assermenté par Israël au nom de Médecins pour les Droits de l’Homme-Israël (PHR-Israel).
Malgré le rapport médical qui confirme que Khader Adnan « est en danger de mort immédiate », et que « un jeûne de plus de 70 jours ne permet pas de survivre », la Haute Cour israélienne a fixé l’audience au 23 février, sans garantie qu’une décision sera prise ce jour-là. D’ici là, Khader Adnan - s’il est vivant - en sera à son 69e jour de grève de la faim.

Addameer et PHR-Israël regrettent qu’à la lumière de ce rapport médical crucial, et la pression exercée par la communauté locale et internationale, dont les déclarations de la Représentante de l’Union européenne Catherine Ashton, le coordinateur spécial des Nations-Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient Robert Serry, et le rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits de l’homme palestiniens Richard Falk, la Haute Cour de Justice d’Israël n’ait répondu que par un délai dans la fixation des audiences.

Khader Adnan a été arrêté le 17 décembre 2011 à 3h30 du matin. Un ordre de détention administrative de 4 mois lui a été remis le 8 janvier 2012, ordre basé sur la décision du Commandant militaire Yair Koles. Le 7 février, le juge militaire Dalya Kaufman a confirmé l’ordre de détention administrative.

L’audience initiale de Khader Adnan a eu lieu le 9 février, dans une pièce du centre médical Zif, à Safad, où Khader a été hospitalisé étant donné son état médical résultant de sa grève de la faim ininterrompue. Au mépris de son état de santé, la Cour d’Appel a reporté sa décision au 13 février 2012, qui marquait le 58e jour de grève de la faim de Khader. La déclaration rejetant l’appel, émise par le juge Moshe Tirosh, déclarait qu’il estimait « équilibrée » la décision de l’ordre administratif basé sur des « preuves secrètes », et que Khader n’avait à s’en prendre qu’à lui-même pour son état médical dû à son choix de poursuivre sa grève de la faim.

Le 16 février, les avocats d’Addameer et de Hamoked ont déposé une requête conjointe auprès de Yair Koles, le commandant militaire des territoires palestiniens occupés responsable de l’ordre de détention administrative, l’appelant à annuler l’ordre de détention administrative de 4 mois et à libérer immédiatement Khader Adnan, au motif qu’étant donné son état de santé, le commandant militaire ne peut plus retenir les fausses allégations selon lesquelles Khader Adnan constitue une menace immédiate à la sécurité du secteur ou à la sécurité publique de l’Etat d’Israël ; dans ces conditions, continuer à détenir Khader Adnan en détention administrative plus longtemps est prima facie une violation du droit international et du droit israélien et équivaut à une détention arbitraire. Ni Addameer ni Hamoked n’ont encore reçu de réponse à leur requête.

Addameer et PHR-Israël condamnent le fait que le gouvernement d’Israël prolonge délibérément son inaction et son retard au mépris de l’urgence du cas de Khader Adnan. Addameer et PHR-Israël tiennent le gouvernement d’Israël pour responsable de la vie de Khader Adnan.

Addameer et PHR-Israël appelle les communautés locale et internationale à  :
- faire pression sur le commandant militaire, Yair Koles, pour qu’il annule immédiatement l’ordre de détention administrative de Khader Adnan
- faire pression sur la Haute Cour de Justice d’Israël pour qu’elle reprogramme la date de l’audience à une date plus proche
- faire pression sur le gouvernement d’Israël pour qu’il libère immédiatement Khader Adnan ;
- envoyer des représentants pour qu’ils assistent à l’audience publique de la Haute Cour israélienne de Justice sur le cas de Khader Adnan ;
- faire pression sur le gouvernement d’Israël pour qu’il se conforme au droit international et mette fin aux pratiques illégales d’emprisonnement arbitraire et libère tous les Palestiniens en détention administrative.


Proposé par Nomie
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans RÉSISTANCES ET SOLIDARITÉS INTERNATIONALES

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Expulsion imminente du squat de la poste de Solaure
Publié le 25/09/2020

Les députés votent une nouvelle mesure anti-squat
Publié le 22/09/2020

L’hypothèse autonome : entretien avec Julien Allavena
Publié le 22/09/2020

Le Rassemblement National s’invite chez Génération Identitaire
Publié le 22/09/2020

Les sans-papiers et leurs soutiens marchent vers l’Élysée !
Publié le 21/09/2020

Avorter en 1979, en 2013, au printemps 2020 : une lutte
Publié le 21/09/2020