Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS MIGRATIONS - SANS-PAPIERS
SAINT-ÉTIENNE  
Publié le 23 juillet 2008 | Maj le 14 juin 2020

Maurice Vincent, le Gérard Collomb de Saint-etienne. La Mairie de gauche assume sa politique de droite.


Une soixantaine de personnes se sont réunies mardi 22 juillet 2008, sur les marches de la Mairie. Leur but était d’être reçues par l’équipe municipale responsable du saccage de l’habitat des familles Rroms, désormais réunies sous le kiosque de la Place Jean Jaurès.

Le rendez-vous était donc fixé à 11h hier matin. La veille, le collectif de soutien aux Rroms, réunissant désormais plus de 35 associations et autres individus, avait décidé qu’il n’avait pas l’intention de s’expliquer avec le Maire sous forme de délégation et que la totalité des gens du collectif rentreraient dans la mairie pour ainsi imposer un débat de fond avec les élus.
Tous et toutes, solidaires des Rroms, ont encore les images de la violente expulsion de l’école de Montplaisir en tête.
A situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle : « si on rentre dans le jeu de la délégation, les élus vont laisser traîner les choses et continuer à nous mener par le bout du nez », pouvait-on entendre ici et là .

Mais très vite, le ton est donné, les portes de la Mairie sont fermées et un petit groupe d’agents de la police municipale veille depuis l’intérieur du bâtiment. C’est donc le début d’une longue négociation par téléphone entre les adjoints du Maire et un membre du collectif.
« Le Maire était ce matin même sur Saint-Étienne métropole pour une réunion et il est actuellement en déplacement sur Paris, nous voulons bien vous recevoir, mais six personnes seulement » leur confit un élu.
« Non, ils veulent nous diviser, il faut qu’ils nous reçoivent tous ! » répondront la plupart des personnes sur les marches. Réponse transmise par téléphone.
Du temps s’écoule un peu, le soleil commence à taper fort.

Pierre Fayol Noireterre, adjoint au Maire et président du groupe PS est en ligne :

d’accord pour vous recevoir mais par groupes de six personnes, établissez une liste de toutes les associations présentes avec le nom et prénoms de chaque responsable et transmettez nous la liste par l’entrée du garage, nous choisiront les personnes que nous recevront.

Il faut relever au passage que les élus auraient pu faire déplacer une personne pour venir chercher la liste, mais à l’inverse, ils demandent au collectif de la leur amener.

Malgré quelques désaccords sur le procédé, la liste est finalement établie, elle réunie environ 34 associations.
Il est déjà 12h25, les adjoints du Maire continuent de mener le collectif en bateau et l’impatience commence à se ressentir : « ils se moquent de nous ! ».

Monsieur Ferrara, adjoint à la sécurité reçoit la liste et propose à nouveau de recevoir les gens par groupe de six. Le collectif refuse à nouveau et maintient sa position, qui est de permettre a toutes les personnes présentes sur les marches de pouvoir rentrer en Mairie pour obtenir gain de cause pour les familles Rroms.

Il est 12h45, presque deux heures d’attente et de négociations. Quelques discutions, notamment sur certains articles de presse, ont lieu durant l’attente « ce n’est pas vrai qu’il n’y a pas eu de violences durant l’expulsion des Rroms, je les ai vu faire, les policiers n’y sont pas allés de mains mortes non plus », « ce sont les agents municipaux de la mairie qui ont cassé les vitres du squat de Montplaisir, ils ont brulé des pneus à l’intérieur et les policiers n’ont même pas laissé les Rroms récupérer leurs affaires », « il y avait au moins 20 camions de CRS ! ».

On apprendra par ailleurs, que l’ordre à été donné hier de couper l’arrivée d’eau des fontaines de la place Jean Jaurès, pour saper le moral des Rroms et leur rendre la vie plus dur encore.

Marie-Anne Sable, conseillère municipale, se rend sur les marches de la mairie : « si les adjoints du Maire veulent vous recevoir par groupes de six, c’est pour des raisons de sécurité ». Sa prise de parole suscite un tollé : « mais ils nous prennent pour qui ?! », « nous aussi on maîtrise les tours de parole en réunion et peut être même mieux que les élus eux-mêmes ! », « il faut toujours que l’on ait à se déculpabiliser de tout, y’en a marre ! », « les problèmes de sécurité c’est des foutaises ! ».

Il est 13h00, même si tout le monde n’est pas unanime sur la question, le collectif accepte d’établir et d’envoyer une délégation à l’intérieur de la Mairie. Ses exigences sont les suivantes :
- des mesures sanitaires d’urgences : rétablir l’eau place J. Jaurès et installer des WC.
- Reloger les familles Rroms dans des habitats décents
- la condamnation de l’expulsion des Rroms qui est hors la loi, puisque les familles n’ont pas pu récupérer leurs affaires.

La délégation se rend donc sous les arcades et pénètre, entourée de policiers, par la porte du garage.
En attendant, les familles et les autres membres du collectif de soutien aux Rroms retournent peu à peu au kiosque place J. Jaurès. Une quinzaine de tentes ont étés plantées pour la nuit et quelques personnes tiennent une permanence en plein air à une table et propose aux passants de signer la pétition de soutien.

Comme prévu, une journaliste de France info a fait le déplacement pour relayer l’information au niveau national. L’interview portera sur l’explication et les méthodes de l’expulsion des familles. On pouvait entendre ici ou là des récits de témoignages : « j’ai entendu l’huissier dire : on casse et on mure ! Moi j’exécute les ordres », « les policiers nous interdisaient d’approcher des familles, toute cette ambiance me rappelait les années 40 », « une femme Rroms n’a même pas pu récupérer sa prothèse restée à l’intérieur du squat ! ».

Environ une heure plus tard, c’est le retour de la délégation qui ressort de la Mairie et vient annoncer un compte-rendu plutôt accablant.

Les élus qui nous ont reçus (Joseph Ferrara, pierre Fayol Noireterre et le directeur de cabinet, ndlr), nous ont fait un véritable copié collé du discours de la préfecture,
Il n’y aura pas de relogement, après un délai de trois mois sur le territoire, les Rroms n’ont pas vocation à rester sur le sol français".
Ils n’installeront pas de WC place J. Jaurès mais ils remettront l’eau, ils nous proposent aussi un terrain vague temporaire vers Montmartre,
le pire c’est qu’ils assument l’expulsion de Montplaisir !

Malgré tout, le collectif tient à rester mobilisé car le nombre de personnes rejoignant les Rroms est croissant. Tout le monde est le bienvenu au kiosque (point d’info permanent), les familles ont besoin de soutien.
Aujourd’hui, une bourse aux vêtements sera organisée en faveur des Rroms.


Proposé par mario
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Lire aussi dans SAINT-ÉTIENNE

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Un policier de la BAC de Paris mis en examen pour meurtre
Publié le 28/10/2020

Prison de Latina (Italie) : « Solidarité entre prisonnier.e.s anarchistes ». Un texte de Francesca
Publié le 27/10/2020

Jean Louis Gagnaire ou la raclure la plus zélée du macronisme local
Publié le 26/10/2020

Retour sur la mobilisation Antifasciste à Grenoble du 21 octobre
Publié le 23/10/2020

Contre le projet de fusion des universités et pour le maintien de l’UJM !
Publié le 22/10/2020

À propos d’Abdelhakim Sefrioui et du collectif Cheikh Yassine
Publié le 20/10/2020