Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS RÉPRESSION - PRISON
AIN  
Publié le 20 janvier 2013 | Maj le 15 décembre 2020

Lettre de Laurent depuis le quartier d’isolement de la prison de Bourg-en-Bresse


Voici une lettre de Laurent Orsini, enfermé au quartier d’isolement du centre pénitentiaire de Bourg-En-Bresse. Il l’a adressée à l’émission de radio anti-carcérale Les Murs ont des oreilles (Radio Kaleidoscope, Grenoble), en leur demandant de la rendre publique, donc nous la relayons ici...

En mai 2011, incarcéré à la maison d’arrêt de Varce (Grenoble), il avait tenté de se suicider. L’administration pénitentiaire l’en avait empêché. Déterminé à mettre fin à ses jours, il avait alors forcé un surveillant à lui donner des médicaments... Depuis, Laurent subit des conditions d’incarcérations extrêmement dures (isolement, transferts, pressions, etc.). (Lire ici pour plus d’infos et lettres sur son parcours, ou encore, lire le journal L’envolée n°31 et n°34)
Dans cette lettre, Laurent dénonce ce qui se passe en prison en général, et raconte en particulier comment tout est mis en place pour faire de sa vie un enfer – du refus de soin aux provocations par des surveillants. Aujourd’hui, il dit qu’il ne veut plus se laisser faire... La moindre des choses que nous pouvons faire est de relayer ses paroles, il est aussi et toujours possible de signaler notre soutien d’une manière ou d’une autre.

" Le 06.01.13,

Salut les Murs et meilleurs vœux pour cette nouvelle année 2013, qu’elle vous apporte beaucoup de bonnes choses.

Merci aussi [...] à votre émission qui permet de dénoncer ce que nous fait vivre l’Administration Pénitentiaire, loin des regards de la population, des familles des détenu.es, en se moquant des droits de l’homme, grâce à la toute puissance que l’Etat français leur donne, en se fermant les yeux et se bouchant les oreilles, en se moquant des cris de souffrances, de douleurs, d’humiliations, de nos conditions inadmissibles de détention, dans la crasse, les rats, les cafards, la vétusté de leurs prisons, le baffouage de nos droits, les abus de tous genres, le manque de respect des détenu.es par le personnel, comme si nous n’étions plus des hommes, qui se permettent de tutoyer les détenu.es, en nous nommant par notre nom de famille, sans mettre Monsieur devant ! Ou dire tu, au lieu de vous ! Tout en nous demandant de les vouvoyer sous peines de sanctions immédiates !
Sans compter les manquements à nos droits, comme ils le font avec moi depuis 19 mois !
19 mois que je suis séquestré par l’Administration Pénitentiaire, enfermé dans ma cellule 22h sur 24h !
Privé de mes droits à l’enseignement, au parloir de visiteurs de prison, aux activités en tous genres, qui ont lieu au Q.I. pour les autres détenus du Q.I.! Aux soins dentaires que je n’ai pas pu avoir accès depuis un an maintenant, alors que je souffre de douleurs intempestives ! Je n’ai accès qu’à « la promenade », je la mets entre guillemets car on ne peut pas appeler ça une promenade ! (30 m2) avec des murs hauts de 4m, avec un tas de grilles et barreaux au-dessus de ma tête, vous n’avez aucune vue, pas un brin de soleil à partir de septembre jusque juillet, seul, je ne peux avoir aucune discussion avec les autres détenus, car pratiquement les détenus ne sont jamais en promenade ici à Bourg, ils préfèrent aller aux activités pour se voir, parler ensemble et s’amuser, du coup je me retrouve seul la plupart du temps ! A Bourg-en-Bresse je suis dans une grande solitude, sans activités, dans une grande souffrance morale du fait que tous mes droits qui pouvaient améliorer mes conditions de détention ont tout simplement été supprimés !

J’aimerais exprimer auprès de tous cette souffrance et dénoncer une fois de plus le comportement d’un brigadier du Q.I. de Bourg-en-Bresse qui m’a fait du zèle afin de me pousser à commettre un acte répréhensible en me maltraitant et me manquant de respect.
Un jour de cette semaine, je suis sorti en promenade, j’étais seul, aucun autre détenu était sorti ce jour-là .
Les horaires de la promenade sont de 14h à 16h normalement, c’est le règlement !
Ce jour-là , il faisait très froid, vu que j’étais le seul dans la promenade, personne ne pouvait s’opposer à rentrer à l’heure réglementaire ! Car il arrive qu’ils nous laissent un peu plus longtemps si on ne se met pas d’accord entre nous !
Ce jour-là , j’étais seul, et après 2 heures dans un grand froid, j’ai appelé à 16h (heure réglementaire), pour sortir de promenade et rentrer en cellule.
J’ai eu beau appeler pendant des heures, personne ne venait pour me sortir de la promenade.
Il y a bien un surveillant qui est passé me voir à travers la porte, pour me dire que c’est le brigadier qui détenait les clefs pour me faire sortir, car en tant que D.P.S., il faut qu’il y ait 2 surveillants et le brigadier pour chacun de mes déplacements, ou entrée et sortie de ma cellule, suivi en sortant et en rentrant à chaque fois d’une palpation corporelle, même pour aller de ma cellule à la promenade et quand je rentre de promenade, malgré que je suis seul dans un bunker, ils refont une autre palpation pour me faire rentrer en cellule !
Bref, je demande à ce surveillant de demander au brigadier de me faire rentrer en cellule, qu’il m’ouvre la promenade pour me faire sortir.
Le surveillant me répond qu’il n’est pas là ! Il était 16h30, puis ce n’est pas normal, car il doit être présent dans le service en cas de problèmes, c’est le seul qui détient les clefs ! S’il devait m’arriver un malaise ! Personne des surveillants ne peuvent me porter secours !
Si ça n’avait duré que quelques minutes, j’aurais pu le concevoir, ! Mais à 18h, il n’était toujours pas là , il faisait déjà nuit noire dans la promenade, un froid de canard, et malgré les appels des surveillants, il n’est pas venu m’ouvrir ! Il m’a laissé galérer jusqu’à l’heure de la gamelle à 18h pour venir m’ouvrir, j’étais dans tous mes états et surtout gelé et fatigué, surtout qu’il a été prévenu par les surveillants que je souhaitais rentrer, il était 16h30 environ, il m’a tout simplement ignoré ! Alors, quand il est enfin venu, car il était obligé d’être là pour la distribution de la gamelle et finir son service, m’ouvrir pour me sortir de la promenade, il était 18h, ça faisait deux heures que je lui réclamais de rentrer en cellule, et il faisait nuit noire.
Dès qu’il m’a ouvert, je lui ai dit ce que je pensais de son comportement, il n’a même pas eu la décence de me donner un mot d’excuse ! De plus, il s’est mis à me tutoyer, ce qui m’a encore plus énervé ! J’ai voulu lui faire comprendre qu’il n’avait pas à me tutoyer, et de m’appeler désormais par Monsieur Orsini et pas Orsini ou tu !
Il s’est mis en colère tout en étant entouré des deux surveillants à côté de lui, en me provoquant pour que j’en arrive à lever la main sur lui ! Il me provoque en duel, mais sous l’escorte de deux surveillants qui étaient prêts à intervenir si je lui levais la main dessus ! Il a fait le voyou pour me pousser à bout, il m’envoyait ses mains pour me provoquer, il cherchait le conflit, que je commette la faute, en se sachant protégé par ses gardes du corps ! Pour me coller un rapport et me faire partir au cachot, il y a mis toute son œuvre pour me faire péter les plombs, alors que dans tout ça, c’est lui qui n’était pas là dans le service pour faire son boulot malgré les appels des surveillants pour me sortir de la promenade.

De plus le lendemain, j’expliquai par courrier son comportement et son absence à la direction, le fait qu’il me provoque et me tutoie en plus de ce qu’il m’a fait subir cette après-midi là !
Et bien, la réponse de la direction, je n’en ai pas eu ! Mais j’ai eu droit, pour m’être plaint, à la fouille de ma cellule !
Et chaque fois que je je subis une injustice, et que je m’en plains, ils m’humilient par la fouille de ma cellule !

Voilà ce que je continue d’endurer ici, des traitements anormaux qui restent impunis de la direction, qui m’humilie par dessus tout à chacune de mes plaintes !
Voilà , essaye de faire passer ce que je continue de subir, et dis à tou.tes les détenu.es que je leur souhaite mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année.
[...]

à bientôt, Laurent."


Proposé par papillon
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

NEWSLETTER

Lire aussi dans RÉPRESSION - PRISON

Lire aussi dans PAPILLON

Lire aussi dans AIN

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

28 juillet 1974 : Gilbert Besnard est assassiné à la prison de La Talaudière
Publié le 28/07/2021

Fethi Nourine rappelle à quel point notre dignité est liée à la lutte du peuple palestinien
Publié le 26/07/2021

26 juillet 2006 : expulsion d’Izmir, lieu d’activités et d’habitation
Publié le 26/07/2021

Les arrêtés liberticides et anti-pauvres de Perdriau censurés
Publié le 19/07/2021

Laurent Wauquiez veut autoriser la reconnaissance faciale dans les trains et les gares
Publié le 19/07/2021

Entrée dans le demi-monde
Publié le 18/07/2021