Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS EXPLOITATION ANIMALE / MOBILISATIONS - LUTTES
INFOS GLOBALES  
Publié le 14 décembre 2004 | Maj le 26 avril 2020

« Le sang des bêtes » - Samedi 11 Décembre 2004 - Actions contre la consommation de viande et de poisson et contre le spécisme, dans 4 villes de France


Il s’agit des compte-rendus envoyés par les villes ayant participé à l’action, qui consistait à répandre du faux-sang dans des lieux passants et à distribuer des tracts. Chaque ville a organisé elle-même, selon ses préférences, son action, avec ses tracts, ses méthodes, etc. Le but étant de dénoncer le spécisme.
Les êtres sensibles éprouvent de la douleur et du plaisir. Leur vie leur importe, elle se passe bien ou mal, elle est affectée par les événements. Par conséquent, rien n’autorise les humains à ne pas prendre en compte les intérêts des autres animaux au même titre que les leurs propres. Le fait qu’ils n’appartiennent pas à notre espèce n’est en rien une justification aux souffrances que nous leur infligeons. Cette discrimination arbitraire s’appelle « spécisme », et nous la refusons comme nous refusons les discriminations intra-humaines comme le racisme ou le sexisme.

Nous sommes pour l’égalité, humaine, mais aussi au-delà, animale. L’égalité, cela signifie simplement prendre en compte de façon similaire les intérêts des uns et des autres, sans privilégier les uns au détriment des autres.
Nous pouvons fort bien refuser de manger de la viande sans conséquences fâcheuses ; en France, 2% de la population ne participent déjà plus au massacre ; en Allemagne, 7%, en Angleterre, 16%. Nous pouvons le faire, et nous devons le faire.

Voici le compte-rendu de chaque ville :

Lyon

Nous étions une vingtaine d’antispécistes à nous réunir sur la rue de la République, une grande artère très fréquentée dans le centre ville lyonnais, notamment en ce week-end d’avant Noël.

A 15h30, nous avons répandu le faux sang (50 litres puis 50 autres litres vingt minutes après) au milieu de la rue et nous avons distribué des tracts. Presque tous les manifestant-e-s portaient une affiche sur eux avec des slogans comme « spécisme = racisme », « qui mange un steak tue une bête - proverbe antispéciste » ou « élevage = esclavage = carnage ».

Le faux sang formant une mare au milieu de la rue, les gens faisaient le tour d’un air dégoûté, choqué mais rassurés quand ils voyaient que le sang ne représentait « que » le sang d’un animal tué.

Nous avons distribué plus de 3000 tracts très rapidement comme nous étions très nombreu-se-s. La plupart d’entre nous a pu discuter avec des passants, et plusieurs se sont fait féliciter par des non-végé après explications. Nous avons également eu droit aux phrases habituelles : « il y a des choses plus graves », « vous êtes cons, hystériques, vous devriez avoir honte ». Le parallèle spécisme / racisme a également attiré l’attention. Une spectatrice nous a rapporté que beaucoup de gens qui passaient nous ont pris pour des écolos ou pour une secte.

La police n’est pas venue. Le service de nettoyage est passé mais nous leur avons dit de repasser un peu plus tard et ils n’ont rien dit. Personne n’a eu de réaction excessive ou particulièrement agressive.

L’action a duré environ une heure. Les militant-e-s étaient content-e-s bien que surpris-e-s (déçu-e-s ?) du peu de réaction de la part des passants et de l’absence des médias.

Des photos sur http://fr.photos.groups.yahoo.com/g...

Rouen

14H00 Rouen, Rue piétonne du Gros Horloge, devant le fast food Quick, une dizaine de personnes s’attroupe et déverse plusieurs dizaines de litres (50 ?) de faux sang sur un fond sonore de cris de cochon d’abattoir, et sur les joyeux bouchers‚ de Boris Vian... 300 tracts sont distribués en 10 minutes.

3 voitures de police, un fourgon, une 20aine de policiers accourent... Ils rattrapent et prennent l’identité de 3 personnes, leur promettant avec la plus grande amabilité une amende correspondant au fais de nettoyage par la voirie, et volent des masques de cochons ainsi qu’une centaine de tracts...

Les réactions des piétons ont été diverses, allant d’un jeune couple grandement étonné par la façon dont on traite les animaux, puis restant à regarder l’action, allant même jusqu‚à faire signe de sympathie pendant l’interpellation, puis revenant encourager sur le mode de « c’est bien ce que vous faites » ; jusqu’à l’habituel NON, j’aime la viande‚.

2 journalistes étaient présents. Paris Normandie et Liberté Dimanche. Le premier est un sympathisant, le second n’est venu que sur appel à la rédaction une heure avant l’action, alors que le communiqué avait été envoyé auparavant (ne jamais avoir peur d’insister) ; il est parti l’air peu satisfait de ce pour quoi on l’avait fait déplacé. Quelques minutes avant l’action, il demandait pourquoi le faux sang ne serait pas jeté sur les vitrines et pourquoi les tracts ne seraient pas placardés dessus Un troisième journaliste de l‚agence normande d’information, correspondant AFP, non présent durant l’action, avait déjà fait une dépêche

Des photos sur http://fr.photos.groups.yahoo.com/g...

Paris

C’est à un peu moins de 11 heures que nous sommes arrivé-e-s à la rue Montorgueil, rue piétonne (non loin du forum des Halles, dans le 1er arrondissement) où se trouve de nombreuses boucheries, notamment 2 et une poissonnerie, quasiment côte à côte. C’est là que s’est faite l’action. Beaucoup de passage de personnes faisant les courses du week-end.

Deux personnes ont déversé le faux sang juste en face de la poissonnerie, sur la chaussée. Quelqu’un a crié : « c’est dégueulasse ! » et le poissonnier a dit : « ne vous inquiétez pas, ce n’est rien ». Les deux verseurs sont partis ramener les caddies (dans lesquels se trouvait le faux sang) et se changer. Les sacs poubelles dans les caddies se sont avérés fonctionnels : enlevage efficace.
Le sang n’était pas assez épais (manque de farine) et du coup, avec la route bombée et les carreaux, le liquide n’est resté visible qu’1/4 d’heure. On a cru que quelqu’un avait nettoyé !

Afin d’être bien visible, chacun-e (une bonne quinzaine de militant-e-s) portait des pancartes avec slogan « viande = meurtre » ou / et photo choc, quelques-un-e-s portaient des masques blancs tachés de faux sang. Bien entendu, nous avons distribué le tract qui présentait l’action.

Les bouchers et le poissonnier ont refusé le papier (expliquant l’action, notamment le fait que celle-ci n’était pas dirigée contre eux personnellement mais plutôt aux consommateurs/trices) qui leur était destiné.

Malgré le passage à deux reprises de policiers qui passaient par hasard (le commissariat étant à deux pas), aucun ne nous a posé de questions, ni ne s’est arrêté. A croire que l’action était partie pour bien se dérouler !

Nous sommes resté-e-s 1 heure 30, distribuant au moins 1.500 tracts. Quelques discussions (sans énervement de part et d’autres) mais pas tant que ça . Pas mal de commentaires du style « c’est bon la viande », « c’est naturel d’en manger » ou « mais qu’est-ce que vous faites pour les hommes ? » tout en continuant à marcher, donc en ayant pas du tout l’intention de discuter. Sinon, pas mal de refus de tracts ou d’indifférence mais ce n’est pas étonnant : nous vivons dans une société spéciste. Malgré tout, quelques personnes nous ont soutenues.

Au niveau des médias, une personne de l’agence Reuters a pris des photos et un journaliste de Canal+ est venu filmer l’action et a interviewé brièvement 2 militant-e-s et au moins une passante. Le reportage (d’une minute) devrait passer dans le journal de 19 heures le vendredi 17 décembre (date à confirmer).

Au final, l’action s’est bien déroulée malgré le froid (4° sans soleil !) ! Une heure 30 minutes de visibilité antispéciste dans une rue piétonne très passante avec 2 médias présents positif !
Contact : sangdesbetes.paris chez no-log.org

Des photos sur http://www.monalbum.net/users/sdbparis

Montpellier

Nous étions 6 à participer à cette action qui a débuté à 11h35 rue de la Loge, une grande rue piétonne de Montpellier qui descend vers la place de la Comédie, très fréquentée. Nous avons attendu 5 minutes l’arrivée des journalistes qui nous avaient contactés : une connaissance végétarienne de l’Hérault du Jour, qui est venu prendre des photos et qui nous écrit un papier pour l’édition de lundi ; un photographe ainsi qu’un journaliste du Midi Libre (qui s’était déjà déplacé lors de nos précédentes actions Sang des bêtes et piques-niques végétariens - zut, j’ai oublié de prendre leur contact, en fait je n’ai pas eu le temps de discuter avec eux).

Nous avons mis nos pancartes autour du cou : « spécisme = racisme », « viande = souffrance », « poisson = souffrance », « viande = abattoir = horreur ». Ensuite nous avons crevé trois sacs de faux sang, qui a coulé sur plusieurs dizaines de mètres, la rue étant en pente. L’un de nous a déclenché le cd pour nous faire entendre les meuglements d’une vache tandis que les autres se sont mis à distribuer les 400 tracts que nous avions photocopiés en A5 recto-verso. Aucune réaction désagréable de la part des passants, qui prenaient, en général,
bien volontiers nos papiers afin de comprendre ce qui se passait. Aucune réaction des commerçants alentour, qui n’étaient pas visés par cette action. En effet, nous avions décidé de ne pas nous placer devant une boucherie ni une poissonnerie.

Deux policiers municipaux circulant à vélo, et ne sachant trop que faire de nous, se sont arrêtés et ont demandé la pièce d’identité de notre DJ sans même penser à lui demander d’ôter son masque de vache... Ils m’ont demandé la mienne, que j’avais oublié de prendre sur moi, et se sont contentés de prendre mon nom et mon adresse. Ce qui préoccupait leurs copains à l’autre bout du talkie-walkie, c’était le nettoyage et le fait qu’il faudrait nous dresser un pv pour nous faire payer les frais. Entendant cela, je leur ai dit que ce n’était pas un problème, qu’on était prêts à demander un seau d’eau à un commerçant, que le faux sang partirait sans souci. Ce qu’on a fait. Trois seaux plus tard, les deux uniformes étaient partis, sans même vérifier que le sang ne tâchait pas les belles rues de Montpellier.

Nous sommes rentré-es prendre une bonne tasse de thé et dévorer le gâteau végan au chocolat que nous avait préparé Jo.

Bilan : nous étions toutes et tous satisfaits, bien que peu motivées juste avant l’action car nous pensions être plus nombreux (effort à faire pour mieux motiver les un-es et les autres la prochaine fois). Nous avons distribué les 400 tracts, le contact avec les municipaux n’a pas été bien méchant et on est parti-es avant que les nationaux rappliquent. Je n’ai pas regardé ma montre mais cela a dû durer une vingtaine de minutes, peut-être trente le temps de nettoyer. Notre seule crainte est que notre DJ du Minervois reçoive un pv...
— 

Yves Bonnardel
20, rue Cavenne - 69007 Lyon - France
tel. 00 33 (0) 8 71 73 27 68 (tarif appel local)
e-mail : y.bon chez free.fr

=> Site web des éditions tahin party :
http://tahin-party.org

=> Manifeste pour l’abolition de l’apartheid international :
http://www.multimania.com/maai

=> Site web des Cahiers antispécistes :
http://www.cahiers-antispecistes.org

=> actions « sang des betes »
http://animauzine.net/article.php3?...

=> manifestation de la Veggie Pride
http://www.veggiepride.org


Proposé par silvain
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans MOBILISATIONS - LUTTES

Lire aussi dans EXPLOITATION ANIMALE

Lire aussi dans INFOS GLOBALES

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Retour sur la mobilisation Antifasciste à Grenoble du 21 octobre
Publié le 23/10/2020

Contre le projet de fusion des universités et pour le maintien de l’UJM !
Publié le 22/10/2020

Collecte commune Brigades de solidarité Green Angels Solidarité
Publié le 22/10/2020

À propos d’Abdelhakim Sefrioui et du collectif Cheikh Yassine
Publié le 20/10/2020

La veille du couvre-feu, les expulsions de squats se sont multipliées
Publié le 20/10/2020

20 octobre 1921 : mort de Charles Flageollet à Saint-Étienne
Publié le 20/10/2020