Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
MÉMOIRE MOUVEMENT OUVRIER / RÉPRESSION - PRISON
LA RICAMARIE  
Publié le 16 juin 2020

16 juin 1869 : la fusillade du Brûlé à La Ricamarie


Ce n’est pas d’aujourd’hui que le pouvoir blesse, mutile et tue. Il y a cent cinquante ans jour pour jour, le 16 juin 1869 à La Ricamarie, la troupe tire froidement et sans sommation sur des mineurs en lutte et leurs soutiens. Cela faisait plusieurs jours qu’une grève massive frappe l’ensemble du bassin minier stéphanois. La grève prend un caractère insurrectionnel et la troupe venue de Lyon et de Montbrison arrête un groupe de grévistes pour les transférer à la prison de Bellevue. Sur le chemin du Brûlé, une foule hostile leur bloque le passage. Bilan : quatorze morts - hommes, femmes et même une enfant en bas-âge. Retour sur cet événement marquant de l’histoire du mouvement ouvrier avec un extrait de l’ouvrage de Michelle Zancarini-Fournel, Les luttes et les rêves. Une histoire populaire de la France de 1865 à nos jours.

« La revendication des droits des ouvriers répond à l’essor du libéralisme économique. Les sociétés de secours mutuel, qui ont constitué des caisses de résistance, permettent de soutenir les grèves (tolérées depuis la loi de 1864) et sont à l’origine de la naissance des chambres syndicales. C’est ce qui se produit lors des grèves de mineurs en 1869, à La Ricamarie, à Carmaux et à Anzin.
Dans les puits de la vallée de l’Ondaine et de Saint-Étienne, le 11 juin 1869, débute une grève des mineurs préparée dans les réunions de La Fraternelle, société de secours mutuel créée en 1865 pour faire pièce aux caisses de secours gérées par les compagnies minières depuis 1813. En juin 1869, La Fraternelle réclame une augmentation de salaire, une réduction des heures de travail (jusqu’à quatorze heures de travail journalier dans certaines puits) et une caisse de secours unique gérée par les mineurs. Organisés en "bandes" de 150 mineurs environ, les grévistes vont de puits en puits pour inciter les autres mineurs à la grève. Des régiments arrivent de Lyon et de Montbrison et les puits sont occupés par des détachements militaires. "Nous réclamons nos droits", proclament les mineurs. Des incidents ont lieu car les grévistes empêchent ceux qu’on appelle les "renards" (les non-grévistes) de descendre dans les puits. Ils interdisent aussi à des charretiers de prendre livraison du charbon destiné à l’usine Holtzer dirigée par un député républicain, nouvellement réélu, Pierre-Frédéric Dorian.

Rixe entre mineurs grévistes et ouvriers de M. Dorian

Certains grévistes sont arrêtés. Leurs familles se regroupent au lieu-dit le Brûlé (La Ricamarie), bien décidées à faire obstacle à leur transfert à la prison de Saint-Étienne.
Dans son rapport, le capitaine Gausserand commandant la troupe, indique que l’endroit était escarpé et que les soldats risquent d’être criblées de pierres par la foule. D’autres sources affirment que plusieurs centaines de personnes – hommes, femmes, enfants – auraient tenté de libérer les prisonniers. Les soldats ouvrent le feu et font treize morts, hommes, femmes et enfants. Une quatorzième victime décède les jours suivants. La presse locale prend fait et cause pour les mineurs [autre époque ! Ndr] et parle de « massacre ». Pour leurs funérailles, le 18 juin, des correspondants de journaux parisiens répercutent l’affaire sur le plan national. Le journal républicain L’Éclaireur ouvre une première souscription au profit des familles des victimes. Des souscriptions ont lieu dans la France entière. L’émotion populaire est grande, l’hostilité à l’égard des soldats est générale.

La « tranchée rouge »

Après avoir exprimé son soutien aux grévistes, le conseil municipal est suspendu par le préfet. Une cinquantaine d’autres arrestations ont lieu dans les jours qui suivent. Mais la grève s’effiloche et le travail reprend partiellement, puits par puits, au cours de l’été, tandis que les négociations entre les délégués mineurs et les compagnies reprennent : le temps de travail est fixé à dix heures par jour au fond, sans compter la durée des repas, des pauses et des remontées. Le 2 août, soixante et onze personnes sont jugées et condamnées à des peines allant de quinze jours à quinze mois de prison. L’ancien secrétaire de La Fraternelle des mineurs, Michel Rondet, était sur place au Brûlé : arrêté, il est condamné à sept mois de prison. Les autres responsables de La Fraternelle ont des peines plus légères, alors que les républicains écopent de peines plus lourdes. Le 15 août, une amnistie est cependant décrétée par Napoléon III à l’occasion du centenaire de la naissance de Napoléon Ier [1]. On a souvent dit qu’Émile Zola s’était inspiré, pour Germinal, de cette fusillade du Brûlé ; ses Carnets d’enquête montrent qu’il s’est en fait rendu à Anzin, dans le Nord, même si la scène du ravin est sans doute tirée des récits de la fusillade lus dans la presse par l’écrivain [2]. »

Michelle Zancarini-Fournel, Les luttes et les rêves. Une histoire populaire de la France de 1865 à nos jours.

Lire également cet article très complet sur le site Forez info : 1869, la fusillade du Brûlé

Partout la faim, Roubaix, Aubin, Ricamarie,
La France est d’indigence et de honte maigrie,
Si quelque humble ouvrier réclame un sort meilleur
Le canon sort de l’ombre et parle au travailleur.

Victor Hugo

Notes

[1Aucune charge ne sera retenue en revanche contre les soldats et le capitaine Gausserand, responsable des opérations, sera même décoré solennellement.

[2À ce propos, lire cet article publié récemment dans nos colonnes : Zola, la vallée de l’Ondaine et le mouvement ouvrier.


Proposé par _
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

En complément...

MÉMOIRE   TRAVAIL - PRÉCARITÉ

Zola, la “Vallée de l’Ondaine”, et le monde ouvrier

En juin 2019 sera célébré le 150e anniversaire de la “Fusillade du Brûlé“ à La Ricamarie dans le sud de la Loire. Emile Zola s’inspira en partie de cet événement sanglant pour écrire son livre “Germinal“.
Sa description des modes de vie, d’organisation et d’action de ce monde de mineurs et de sidérurgistes dans les trois dernières décennies du 19e siècle, apparait pour beaucoup de lecteurs comme un authentique témoignage d’une réalité vécue. Toutefois, au regard de l’histoire, le comportement et les actions du mouvement ouvrier qu’il décrit sont bien loin de refléter la réalité des luttes de cette époque et la complexité de leurs enjeux.

Publié le 14/05/2019

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans MOUVEMENT OUVRIER

Lire aussi dans RÉPRESSION - PRISON

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

1791 à 1914 : les racines du maintien républicain de l’ordre
Publié le 10/07/2020

« J’ai vu le chagrin de victimes dévastées » : lettre ouverte au garde des Sceaux
Publié le 10/07/2020

Pour la forêt, et suite à l’abandon du projet de Center Parc de Roybon
Publié le 10/07/2020

« Faut-il attendre que quelqu’un meure pour être autorisé à débarquer ? »
Publié le 5/07/2020

Roberto libero ! Tutti.e liberi.e !
Publié le 3/07/2020

1er juillet 1910 : éxécution de Jean-Jaques Liabeuf, stéphanois et « tueur de flics »
Publié le 1er/07/2020