Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ANALYSES ET RÉFLEXIONS DROITS SOCIAUX - SANTÉ / MOBILISATIONS - LUTTES
Publié le 2 août 2019 | Maj le 23 avril 2020

HP : contention et contentieux


La presse nationale s’en était fait l’écho : lors d’une visite de routine entre le 8 et le 15 janvier 2018 aux urgences psychiatriques du CHU de Saint-Étienne, la contrôleuse générale des lieux de privation de liberté, Adeline Hazan, avait constaté les « conditions indignes », un « traitement inhumain ou dégradant » et des « pratiques illégales et abusives » : treize malades étaient parqués sur des brancards dans les couloirs. Sept d’entre eux, sans signe d’agitation, ni de véhémence, était attachés au niveau des pieds et d’une ou deux mains, explique le rapport. Deux étaient en soins libres, les autres en soins sans consentement. Certains attendaient une prise en charge depuis sept jours, sans pouvoir se laver, se changer, avoir accès à leur téléphone, ni bénéficier d’aucune confidentialité lors des entretiens et traitements.

Un travail de sape durable des urgences psy

Pour Agnès, qui a travaillé en tant qu’infirmière du secteur psychiatrique pendant 30 ans au CHU de Saint-Étienne, ce rapport constitue tout sauf un scoop. C’est plutôt la triste reconnaissance du passage d’une psychiatrie certes à améliorer mais humaine et respectueuse des personnes, sur les bases de la psychiatrie institutionnelle, à une psychiatrie où le comportementalisme soigne tout et qui fait la part belle aux électrochocs et à la maltraitance. Pour mémoire, la Confédération nationale du travail (CNT) dénonçait dès 2003 l’ouverture d’une salle de brancards, avec des contentions abusives et l’absence des soins minimum, en vain.

C’est dans les années 70 qu’est né le principe d’une psychiatrie de secteur, c’est-à-dire à échelle humaine et pluridisciplinaire avec des soignants, des infirmières, des assistantes sociales, des médecins pour accompagner les malades. Les années 80 voient ainsi la création de nombreuses structures de soin, au plus proche des lieux de vie des malades et adaptées à leurs besoins : des Centres médicaux psychologiques pour des consultations, des hôpitaux de jour où les malades venaient la journée et rentraient chez eux le soir, des Centres d’accueil thérapeutiques à temps partiel où les malades venaient un, deux, trois jours ou heures pour un soin précis... des Appartements thérapeutiques qui accueillent cinq, six personnes avec un accompagnement infirmier, avant que la personne intègre un appartement individuel… En somme des structures efficaces, humaines, au plus proche du quotidien, mais coûteuses.

La disparition du diplôme d’infirmière psychiatrique de secteur en 1992, malgré une mobilisation nationale, sonne le glas de la psychiatrie de secteur : année après année, Agnès a vu toutes ces structures progressivement fermer leurs portes : à Saint-Pierre-de-Boeuf, à Pélussin, à l’Horme, à Rive-de-Gier... Ces disparitions ont des implications directes : dans les meilleurs des cas c’est l’hôpital qui a du prendre en charge ces malades, dans le pire ils sont restés dans la nature, sans soins. Fermetures de lits, diminution de personnels, abandon des établissements de soins de proximité, la restructuration de la psychiatrie s’achève en 2007 avec le déménagement de Saint-Jean-Bonnefonds à l’Hôpital nord. Un changement de locaux qui traduit aussi un passage à une autre façon de soigner, plus sensible aux économies qu’aux patients qui, c’est bien connu, ne rapportent pas.

D’une lutte à l’autre

Si la direction de l’hôpital choisit de minimiser les difficultés pointées par la contrôleuse générale des lieux de privation de liberté, elles sont pourtant bien réelles et s’accentuent même dans les mois qui suivent du fait d’une pénurie accrue de personnels. D’autant que certains partent par épuisement ou lassitude face à l’absence de réponses apportées à leurs revendications. Des internes, tout juste formé.e.s, se voient confié.e.s des responsabilités excessives ; faute de place pour les accueillir, des personnes sont refoulées. Le 21 septembre, les urgences psy du CHU de Saint-Étienne décident alors de se mettre en grève. Manifestations, AG, blocages s’ensuivent.

Après cinq mois de lutte, la mobilisation permet d’obtenir 500 000 euros supplémentaires de la part de l’Agence régionale de santé pour financer des recrutements de personnels, ainsi que des garanties en matière de formation des nouveaux soignants et de la création d’un groupe de travail chargé de suivre la réorganisation des services. De nouvelles tensions surgissent toutefois bien vite, notamment autour de doutes persistants sur l’utilisation qui va être effectivement faite de l’enveloppe débloquée par l’ARS ainsi que du projet de la direction de l’hôpital d’accentuer les passages en urgences. Et le manque de moyens humains perdure.

Cela explique que le service ait choisi de rejoindre la grève des urgences entamée le 5 juin à Saint-Étienne et dont le préavis court à présent jusqu’à fin août.


Proposé par Couac
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

En complément...

ACTUALITÉS   DROITS SOCIAUX - SANTÉ / MOBILISATIONS - LUTTES

La psychiatrie des hôpitaux stéphanois rembraye pour un mois de grève

Les personnels de psychiatrie de Saint-Étienne poursuivent leur lutte et rembrayent pour un mois de grève, du 6 novembre au 6 décembre 2019.
« Bon eh bien voilà ... Ça ne s’arrange pas : les fermetures de lits continuent, le manque de moyens humains reste criant et donc, les soins se précarisent toujours plus, les conditions de travail se dégradent, nos pratiques ne se pensent plus, la violence endurée par les patients comme par les soignants est niée ! »

Publié le 8/11/2019

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans MOBILISATIONS - LUTTES

Lire aussi dans DROITS SOCIAUX - SANTÉ

Lire aussi dans COUAC

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

1791 à 1914 : les racines du maintien républicain de l’ordre
Publié le 10/07/2020

« J’ai vu le chagrin de victimes dévastées » : lettre ouverte au garde des Sceaux
Publié le 10/07/2020

Pour la forêt, et suite à l’abandon du projet de Center Parc de Roybon
Publié le 10/07/2020

« Faut-il attendre que quelqu’un meure pour être autorisé à débarquer ? »
Publié le 5/07/2020

Roberto libero ! Tutti.e liberi.e !
Publié le 3/07/2020

1er juillet 1910 : éxécution de Jean-Jaques Liabeuf, stéphanois et « tueur de flics »
Publié le 1er/07/2020