Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS ÉDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / TRAVAIL - PRÉCARITÉ / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES
SAINT-ÉTIENNE  
Publié le 23 février 2019 | Maj le 25 avril 2020

Football militant


Sensible à une culture sportive qui s’inscrit dans la réalité sociale, la FSGT [1] milite pour une conception du sport associatif, en tant qu’espace d’épanouissement et d’émancipation humaine qui favorise la rencontre, le partage d’expériences, et qui permet de construire du lien social.

Au niveau national, 100 disciplines sont proposées. Dans la Loire on peut pratiquer le foot à 7, la natation, le judo, le badmington, le cyclisme, la course, la marche, le volley-ball, les boules lyonnaises et d’autres disciplines. Ces activités sont accessibles à des tarifs assez réduits (moins de 50 euros l’année à Saint-Étienne).

La FSGT est une fédération omnisport d’éducation populaire qui développe des activités pour toutes et tous, émancipatrices, à tous les âges de la vie, compétitives et non compétitives. Créée en 1934 dans la lutte contre le fascisme, elle promeut le droit d’accès au sport de toutes et tous en se donnant comme objectif le développement de contenus d’activités, de vie associative et de formation adaptés aux besoins de la population.

En février 2019, la FSGT vient de publier un communiqué de solidarité à l’égard des migrant.e.s et des militant.e.s locaux du Briançonnais. À lire ici.

Le football : autogéré !

Le foot à 7, ou foot autogéré, est une discipline mise en place au sein de la FSGT. Il est un modèle militant, loin de la compétition et du spectacle, ouvert à tous et toutes. Le respect et la solidarité sont omniprésents. Règles ici.

Au foot à 7, « les joueurs s’arrêtent d’eux-mêmes quand il y a une faute, parce que ça préfigure une société où on n’a pas besoin d’État, de flics. »

Des rencontres locales, nationales et internationales ont lieu chaque année. Au sein d’une équipe, la solidarité et l’autogestion sont également de mise : cotisations des plus précaires payées collectivement, accceuil de non-initié.e.s, décisions partagées, etc. Ces équipes sont également des lieux de sociabilité et de convivialité.

Les débuts : contre le fascisme

Les 24 et 25 décembre 1934, la FST [2] et USSGT [3], deux représentantes du sport travailliste décidèrent de fusionner : « devant les menaces fascistes et les dangers de guerre, les organisations sportives des travailleurs ne sauraient prolonger plus longtemps leur division » [4]. Cette volonté fonde les valeurs premières de la FSGT dans le rejet du racisme, la solidarité avec les victimes de l’injustice sociale, des persécutions politiques et la défense des intérêts populaires. Elle se prolongea dans le combat contre les Jeux Olympiques de Berlin en 1936 et l’engagement en faveur de l’Olimpiada Popular de Barcelone.

Aujourd’hui : solidarité avec les mineur.e.s isolé.e.s et les migrant.e.s

À Paris, plusieurs équipes FSGT proposent à de jeunes réfugiés de jouer au foot dont celles de Melting Passes (en foot à 7) et Paris d’Exil Football Club (foot à 11). Les premiers se définissent comme une « association militante » ayant à cœur de « mettre en lumière les situations d’extrême précarité dans lesquelles se retrouvent trop souvent les mineurs isolés étrangers à Paris » et pour qui le « football leur permet d’oublier, le temps d’un entrainement ou d’un match les nombreuses galères du quotidien ». Concernant les seconds, son correspondant annonce avoir choisi de rejoindre la Fédération « parce qu’il n’y a pas de problèmes d’identité ou de nationalité et qu’on se reconnaît dans les valeurs de cette Fédération. Aujourd’hui, on peut dire que jouer ensemble soudent les joueurs, sur le terrain et en dehors. » Et quid des relations avec les équipes adverses ? « Les jeunes veulent être comme tout le monde, on ne se présente pas comme une équipe de réfugiés », répond le Paris d’Exil FC. « Mais il est arrivé que les joueurs évoquent leur situation avec plusieurs adversaires. Nous avons alors assisté à de vraies rencontres et de beaux échanges. » Du pur football populaire FSGT !

Un autre football : le foot à 7 !

Loin de la FFF, la FSGT est une fédération sportive et sociale qui offre une pratique du fooball sans vente d’êtres humains, sans valeur marchande et sans autorité !

À Saint-Étienne, 128 équipes sont inscrites pour la saison 2018-2019. Elles jouent au sein d’un championnat local les lundis et jeudis soirs (sans rien à gagner). Ouvert à tout niveau et tout âge. Terrains, vestiaires et programmations des matchs sont assurés par la FSGT. Trois mi-temps de 20 minutes. Demi terrain, 7 contre 7, sans arbitre, sans tacle ni hors-jeu.
Le championnat de foot à 7 est mixte, mais il comporte encore très peu de femmes (270 joueuses sur près de 40000 joueurs en 2018-2019). À Saint-Étienne, quelques footballeuses sur les terrains mais ça reste rare : avis aux amatrices !
Pour rejoindre ou monter une équipe pour la saison 2019-2020 :

Notes

[1Fédération Sportive et Gymnique du Travail

[2Fédération Sportive du Travail

[3Union des Sociétés Gymniques et Sportives du Travail

[4Charte d’Unité, 1934


Proposé par mut1°
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans TRAVAIL - PRÉCARITÉ

Lire aussi dans VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Lire aussi dans ÉDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS

Lire aussi dans SAINT-ÉTIENNE

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

11 juillet 1892 : exécution à Montbrison de François Koenigstein, alias Ravachol
Publié le 11/07/2020

1791 à 1914 : les racines du maintien républicain de l’ordre
Publié le 10/07/2020

« J’ai vu le chagrin de victimes dévastées » : lettre ouverte au garde des Sceaux
Publié le 10/07/2020

Pour la forêt, et suite à l’abandon du projet de Center Parc de Roybon
Publié le 10/07/2020

« Faut-il attendre que quelqu’un meure pour être autorisé à débarquer ? »
Publié le 5/07/2020

Roberto libero ! Tutti.e liberi.e !
Publié le 3/07/2020