Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS ARMEMENT - MILITARISATION / MOBILISATIONS - LUTTES
Publié le 25 septembre 2016 | Maj le 22 janvier 2017 | 1 complément

Désarmons la police, démilitarisons les conflits !


Les 22 et 23 octobre 2016
Rassemblons-nous contre les violences et les armes de la police !
Parade de rue, discussions, ateliers, concerts...

Depuis 1912 et les premiers gaz lacrymogènes, on voit se multiplier l’utilisation, par la police et l’armée, d’armes à létalité réduite. Plus couramment appelées « armes non-létales », elles, et le système qui les encadre, font pourtant une quinzaine de morts par an.

Grenades, Flash-Balls, Taser, la militarisation du maintien de l’ordre répond à une volonté de réprimer la moindre rébellion, la moindre résistance, la moindre déviance. Que ce soit dans les quartiers ou pendant un mouvement social, contre des sans-papiers ou des militantes, la police et la gendarmerie usent de la force armée que l’État lui octroie.

Les armes policières utilisées en France et exportées dans le monde entier, sont fabriquées sur le sol français. Verney-Carron à Saint-Étienne, Alsetex dans la Sarthe, Nobel Sport à Pont-de-Buis sont les entreprises de ce commerce juteux.

Nous voulons mener une percée dans l’imaginaire en ciblant ceux qui produisent les armes de la police. En s’interrogeant sur la logistique qui fait vivre la répression, qui la met en œuvre et en ciblant ce que cette militarisation des conflits et ces politiques de terreur signifient au quotidien sur la population.

L’année dernière un premier week-end de mobilisation a eu lieu à Pont de Buis pour pointer l’usine et sa production mortifère.

Cette année nous organisons un week-end d’action, de forums et de rencontres les 22/23 Octobre 2016 à Saint-Étienne.

PROGRAMME PROVISOIRE :

Samedi 22 octobre :

- A partir de 11h, accueil et infos avec le café

- A 13h30 Assemblée Générale

- A 15h, Départ du FAMAS’tival devant le musée d’art et d’industrie : parade carnavalesque !

- A partir de 19h, repas puis concert de soutien aux frais du week-end :
- Tout doit disparaitre (New wave du mardi matin),
- Dubmentalist (porte bien son nom),
- DJ la tache (électro qui porte bien son nom) et sans doute des surprises...

Dimanche 23 octobre :
10h/11h : – ateliers autodéfense (mixte/non mixte)
11h/12h30 : table ronde « Le commerce et l’ industrie de l’armement français » (avec l’observatoire des armements et Mathieu Rigouste)
12h30/14H : pause
14h/15h30 : table ronde « De l’ordre colonial à l’état d’urgence permanent, évolution du maintien de l’ordre » (avec les collectifs Désarmons-les, Urgence Notre Police Assassine, Ishkashato, des militants de la cabane juridique de calais )
15h30/16h : pause
16h/17h : discussions :

– face à la police/face à la justice, infos pratiques (avec désarmons les/ street-médics/caisse de solidarité)

- quelles alternatives à la militarisation des conflits ? Par le MAN
17h/18h : assemblée de clôture.

P.-S.

Toute proposition d’aide logistique, financière et humaine est bien entendu bienvenue !!!

Pour plus d’info :
desarmonslapolice.noblog.fr
Pour des questions générales:verneycaron chez riseup.net
Pour réserver des hébergements : 06 05 81 44 31


Proposé par sonsbatards
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

1 complément

  • Parce que bientôt plus un geste, plus une rue, plus aucun recoin de nos existences n’échapperont à sa surveillance, à sa manière mal embouchée de punir. Nous détestons la police, oui, parce que nous détestons le contrôle.
    Nous détestons la police, parce qu’elle est cette incarnation sur le terrain de nos existences de tout ce qui veut notre bien au détriment de nous-mêmes. Nous détestons la police, oui, parce qu’en enfants perdus et joyeux que nous sommes, nous refusons toutefois d’être infantilisés.

    Nous détestons la police, parce qu’elle a pour objet de nous enceindre dans une légalité qui n’a rien d’une partie de plaisir, puisqu’il est patent que la loi, en se fondant sur l’exception, ne garantit jamais la liberté mais bel et bien toujours l’exclusion. Autrement dit, nous détestons la police parce qu’elle est ce dispositif qui assure férocement le maintient de la plèbe dans une situation de survie misérable, et qu’il s’ensuit qu’elle a pour fonction principale de protéger ceux qui ont de ceux qui n’ont pas, « l’individualiste » avoir-marchand mortifère de l’être-en-commun libre et vital - nous sommes contre la police parce que de notre côté nous ne voulons que le règne égalitaire du don et du partage, et qu’aucun autre règne ne saurait trouver grâce à nos yeux.

    Nous détestons la police, parce qu’elle est cet appareil de coagulation des choses telles qu’elles sont présentement, cet appareil au sein duquel dès lors rien n’est plus aimable que l’incompétence : un « bon flicard » s’avère toujours plus nuisible à la vie réelle qu’un flic inefficace. Nous la détestons, parce qu’en tant que bras armé de ce qui nous tue lentement mais sûrement, elle est l’un des principaux remparts empêchant l’effondrement d’une civilisation à l’agonie pourtant depuis près de cinquante ans.

    Nous détestons la police parce qu’il n’y a d’ordre qu’injuste et inégalitaire - et d’abord injuste d’être inégalitaire -, et que nous sommes pour cette égalité sans laquelle n’existe ni justice ni liberté. Nous la détestons, oui, parce qu’elle a presque toujours été du côté des collaborations les plus funestes, parce qu’elle a permis nombre de rafles et déporté nos aïeux dans des camps, parce qu’elle a noyé certains de nos parents dans la seine, enfermé expulsé ou tué nos ami.e.s, parce que nous n’oublions ni Mesrine ni Baader ni Meinhof ni Malik Oussekine, ni Rémi Fraisse ni Zied et Bouna, ni non plus tant d’autres qui chaque année se pendent soi-disant aux radiateurs des commissariats, et nous en passons.

    Bref, nous détestons la police, oui, parce qu’entre la vie que nous exigeons et la misérable survie à laquelle présentement l’Empire-marchand nous assigne, celle-ci sera toujours cet obstacle qui nous fait face afin de sauvegarder la seconde, et plus encore maintenant qu’elle est à son crépuscule.

    Enfin, parce que la police est la pseudo-paix réellement armée pour la guerre « sociale », nous assumons ici de nous organiser contre elle pour assurer notre auto-défense.

    L’A.E.C., le 18 octobre 2016
     


    Ce texte est tiré d’un autre (dont nous ignorons l’origine) que nous avons légèrement modifié, notamment en remplaçant « nous haïssons » par « nous détestons », parce que de notre côté nous ignorons la haine, laquelle par ailleurs nous semble toujours plus excessive que radicale. Que la détestation nous suffise, c’est l’évidence, et la colère qui l’accompagne.

    ecoeuretcuisine.canalblog.com/archives/2016/10/18/34455322.html

En complément...

ACTUALITÉS   RÉPRESSION - PRISON

IanB, membre de Désarmons-les ! revient sur son arrestation à Montpellier le 28 septembre 2019

Samedi 28 septembre, aux alentours de 16h, lors de l’acte 46 des gilets jaunes, IanB, membre du collectif Désarmons-les !, s’est fait violemment interpeller. On nous relate plusieurs faits de violences au même endroit : des coups de matraque qui visaient une observatrice LDH et des personnes qui, dans le passé, ont déjà été mutilées ou blessées par la Police. On nous relate un contexte très violent, anxiogène et paniquant. Dans cette lettre IanB revient sur son interpellation et sur le sentiment d’injustice et de colère qui l’a envahi à sa sortie de garde à vue et sur cette brutalité d’État qui se banalise.

Publié le 1er/10/2019

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans MOBILISATIONS - LUTTES

Lire aussi dans ARMEMENT - MILITARISATION

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

« Faut-il attendre que quelqu’un meure pour être autorisé à débarquer ? »
Publié le 5/07/2020

Roberto libero ! Tutti.e liberi.e !
Publié le 3/07/2020

1er juillet 1910 : éxécution de Jean-Jaques Liabeuf, stéphanois et « tueur de flics »
Publié le 1er/07/2020

Enzo Traverso : « Les déboulonneurs de statues n’effacent pas l’histoire, ils nous la font voir plus clairement »
Publié le 29/06/2020

Élections municipales à Saint-Étienne : victoire absolue de l’abstention
Publié le 29/06/2020

Démission à l’UJM : encore un effort camarades
Publié le 28/06/2020