Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS LOGEMENT - SQUAT
SAINT-ÉTIENNE   MOUVEMENT POUR LE LOGEMENT DE TOU’TE’S (2019 - ....)
Publié le 11 septembre 2019 | Maj le 25 avril 2020

Chassées du parc Couriot par la Police le matin, les familles Rroms ont été « invitées » à y retourner


Les familles et individu.es qui campaient au Parc du puits Couriot se sont rassemblés hier devant la mairie pour protester contre leur expulsion indigne du Parc Couriot qu’elles occupaient, faute de mieux. Le soir même elles ont été « autorisés » à y revenir. Un rassemblement de soutien avait également été appelé.

Ce n’est pas la première année que des familles se font violemment dégager du parc. Souvent, on leur balance leurs tentes, couvertures et vêtements et autres effets personnels...
Rien de neuf à Saint-Étienne où la mairie perpétue sa politique de répression envers les non et mal-logés, d’autant plus s’ils sont migrant.es ou exilé.es.
Mais préférant peut-être les voir au fond du parc Couriot qu’au centre-ville, certaines familles (puisque les familles albanaises n’ont pas eu ce « privilège ») ont obtenu l’autorisation d’y retourner le soir-même.
Même la presse locale a du mal à cacher l’absurde de la situation...

L’article du Progrès à lire ici.

À lire aussi l’article du journal des étudiant.es énervé.es de Sainté, Le Gueuloir

EXPULSION
EXPULSION
EXPULSION.

Voilà la vie des familles dans la difficulté à Saint-Étienne.
Ce matin encore, à 7h, les policiers sont venus expulser une trentaine d’enfants accompagnés principalement de leurs mères (leurs pères étant, pour la plupart, en train de faire les vendanges) du tunnel Allée des Crapeuses dans le parc Couriot. Après le réveil brutal par les forces de l’ordre, ces personnes ont décidé d’aller place de l’hôtel de ville.

Et là , coup de théâtre ! La police municipale vient leur expliquer qu’ils peuvent retourner au parc Couriot, mais qu’ils n’ont pas le droit d’être sur cette place.

Oui, car tous les jours à Saint-Étienne, la police vient virer les personnes qui du fait de leur situation, dérangent nos élus.
Leur excuse ? Un arrêté municipal stipulant l’interdiction des groupes de plus de 3 personnes dans le centre ville, si et seulement si ces dernières provoquent une gêne. Or, vous imaginez bien que quelques familles ne provoquent guère plus de gênes qu’un groupe d’amis. Mais tel est l’ordre établi au sein de notre ville réputée pour son âme prolétaire et solidaire.

Ni une ni deux, les familles prennent la direction de la mine sous bonne escorte (2 camions de police nationale ont suivi le « cortège » de très près).
À peine arrivés sous le tunnel de la misère, deux policiers nationaux, suivis de quatre autres plus tard, viennent leur expliquer qu’il ne peuvent pas rester ici. Les quelques soutiens présents ont pu discuter avec eux jusqu’à ce que l’ordre soit donné : le maire aurait décidé d’autoriser les familles à rester ici pour le moment. Réinstallation du camp avec les camions bleus postés devant les deux entrées du site.

La police a justifié l’expulsion par un arrêté, que l’ont pouvait soi disant trouver à la mairie. Problème, la mairie n’a pas connaissance de cet arrêté. Selon elle, ce dernier serait préfectoral. Faute de temps, notre reportaire n’a pas pu aller se renseigner auprès de la préfecture.

Donc que va t-il se passer ? La chasse aux roms est-elle ouverte ? Monsieur le maire veut-il nettoyer la ville avant les municipales ? La police municipale et la police nationale n’arrivent-elles donc pas à se relayer les infos ? Ou vont aller tous ces gens ? D’où vient cet arrêté ?
Tant de questions et si peu de réponses..

Soutien aux familles victimes des politiques hostiles de la ville.
La lutte continue.


Proposé par Collectif des occupant’es de la Bourse
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans LOGEMENT - SQUAT

Lire aussi dans MOUVEMENT POUR LE LOGEMENT DE TOU’TE’S (2019 - ....)

Lire aussi dans SAINT-ÉTIENNE

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Restructuration et rentabilité statistique à travers la gestion pandémique
Publié le 29/05/2020

Petit argumentaire juridique pour justifier d’aller voir un.e proche incarcéré.e à plus de 100 kilomètres de chez soi
Publié le 25/05/2020

25 mai 1973 : fin de la grève des sans-papiers tunisiens
Publié le 25/05/2020

Saint-Etienne ville cosmopolite, prolétaire et solidaire !
Publié le 24/05/2020

On ne veut pas moins, on ne veut pas autant, on veut plus !
Publié le 24/05/2020

17 juin - Agir contre la réintoxication du monde
Publié le 23/05/2020