Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
SAINT-ÉTIENNE  
Publié le 4 mars 2005 | Maj le 26 avril 2020

La France Pue annonce : BALLAST (Can) + OVERMARS (Lyon) + DAà TRO (Lyon) en concert le Dim 13 Mars à L’Elephant Pub 20h00


Lancé-es dans une tournée marathon incroyable qui les balladera un peu partout en Europe, les canadiens de BALLAST viennent de sortir leur premier album sur le label anarcho-punk américain PROFANE EXISTENCE . Donc, comprendre punk hardcore radical et politisé, avec cette fois, une bonne dose de mélodies.

Les lyonnais DAà TRO et OVERMARS terminent eux à St Etienne une mini-tournée française commune, avant que DAà TRO ne poursuivent seuls jusqu’en Espagne . Les premiers officient dans un registre hardcore noise qui prend de plus en plus d’ampleur sur scène et les second reviennent dans le 4.2. après une longue absence, forts d’un nouvel album et de morceaux toujours plus longs, torturés dans un style baptisé pour l’occasion « doom progressif », agrémenté de projections vidéos (voir texte ci-dessous pour l’ambiance générale...).
Le tout donc, à l’Elephant’s Pub / 9, rue de la Richelandière (parking Parc Giron) / St Etienne / 20H / PAF $5

BALLAST « Plastic Towers » (extrait du 7«  »Numb Again" Autoprod)
Today the sky you thought you owned came crashing down on you / gonna make those fuckers pay if it’s the final thing we gape/ in muted horror at the bloody tragedy you’re an accomplice but in ignorance you scream / an eye for an eye / a tooth for a tooth / making up lies while you betray the truth / reaching out blind while you reach for the truth / don’t own up to the making of the bed in which you lay / the monster you created turned around & made you pay / the myth of safety is over, this blood is fresh & real retribution for the grief you’ve caused them / to feel incinerated in blast of blinding light & heat / now it’s time to see your children dying at your feet / use your profit margins to absolve yourselves of guilt / your ships of commerce sail upon the sea of blood you’ve spilt / the rats on wallstreet finally got what they’ve really earned / nero plays his fiddle while your plastic towers burn
We’ve all seen the footage again and again where’s the full page spread of a million iraqi children murdered by u.s. sanction ? Where’s the looped close-up of corpses dragged from beneath the bombed-out rubble of baghdad’s homes,hospitals, schools ? Injured, blood-lusting america, you reap what you sow...
BALLAST Février 2004

OVERMARS
THE FALL
Une putain de chute dans un gouffre, un gouffre dont le fond s’écroule sous le poids de chacun des nôtres qui tombe. Tour à tour nous nous écrasons après avoir glissé, encore, le long de ces parois trop lisses. Des corps intoxiqués qui se chargent une dernière fois...la peur, l’adrénaline avant que tout se vide dans une complainte qui nous glace le sang puis se tait violemment sous le choc d’un contact avec ce fond qui nous attend patiemment. Une putain de chute dans un gouffre dont le vide est spirituel et mental, intellectuel et neuronal. Le dos face à l’issue et la crainte de se retourner ... la chute peut commencer...

La décadence, Reine parmi les Reines, suinte dans les failles d’un système devenu poisseux. Trop humide, irrespirable, glauque et crasseux, tel se présente le monde dans lequel la masse installe le quotidien qu’une élite falsifiée lui vend. Cette masse d’ombres de chair et de sang sillonne les artères de la grande œuvre. Des malades qui s’enferment et s’emmêlent dans des folies sans cesse renouvelées, berceaux d’un malheur qui surgit quand tout va bien dans cette sphère des enfers. Ils sont malades et errent dans cet Univers reconstitué par de nouveaux génies, malades, amants du désastre, amoureux masochistes shootés à la mort en pilule qui ronge la fibre nerveuse et mène à l’exil cérébral. Une masse d’êtres nouveaux, sans vie, perturbés par la lenteur de l’adaptation dans le processus respecté de L’Evolution...des sprinters aveugles et suicidaires installées devant la grande toile qui dépeignent la Nature.

Ils s’injectent l’autre illusion, inhalent, absorbent des vapeurs d’amnésie, se gavent de Dogmes, donnent du pouvoir au vide pour se rassurer. Le prêcheur s’unit au dealer « proposer la Vie puisque l’on craint la mort ou proposer la Mort puisque l’on craint cette vie », peu importe, les ombres affolées prennent tout pour oublier. Dominer le temps et vomir la lenteur qui offre trop de ce temps à la souffrance, le but est fixé. S’exciter, s’affoler, peu importe le sens du mouvement quand il permet d’éviter d’analyser le moment. Ne plus réfléchir, déléguer le pouvoir, les pouvoirs, ne plus évoluer hors des sentiers balisés, ne plus oser, ne plus exister. L’inertie au service d’une l’Inconscience guidée par la peur.

(Toute une éducation régie par elle, des barrières dressées par elle, des lois et des règles dictées par elle, des entités qui existent par elle, pour elle, une liberté étouffée par elle, les vies bouffées, gâchées...elle pèse, entretenue par les mensonges rédigés pour elle, elle...l’âme véritable de Dieu, substance de ce qu’ils vénèrent)

Les poumons sont atrophiés. L’air se fait rare, cet air qui anime le tableau vivant qui s’harmonise devant leurs yeux, ils en sont privés, leur organisme dénaturé se nourrit d’autre chose. Assimilation de fierté mal placée, déjection de bave, de larmes, il vomit devant ce qu’il déifie et qui lui est inaccessible. Il vomit tout son être, sa bêtise le fait vomir, sa conscience en lambeaux le fait encore trop souffrir...les fait encore souffrir. « Hors de la lutte il n’y a pas de combat »...il s’en foutent ils ne veulent pas combattre, juste être misérables et se plaindre encore. Ils sont esclaves, esclavagistes, prisonniers d’une enceinte trop limitée qu’ils bâtissent toute leur « vie ». Ils sont tous posés là dans leur merde et concurrent pour en avaler tant qu’ils pourront. Se plaindre et accumuler l’inutile en le brandissant comme l’accomplissement des faibles, des misérables de l’Univers, ridicules dans leur cirque de régression, de dépression...clowns pathétiques en perdition.
Dieu - kaoteking chez aol.com

Pour plus d’infos :
- http://www.lafrancepue.net
- http://www.profaneexistence.com
- http://www.destroyalldreamers.org (overmars)
- http://www.daitro.com


Proposé par silvain
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans EXPRESSION - CONTRE-CULTURE

Lire aussi dans LA FRANCE PUE

Lire aussi dans SAINT-ÉTIENNE

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Retour sur la mobilisation Antifasciste à Grenoble du 21 octobre
Publié le 23/10/2020

Contre le projet de fusion des universités et pour le maintien de l’UJM !
Publié le 22/10/2020

Collecte commune Brigades de solidarité Green Angels Solidarité
Publié le 22/10/2020

À propos d’Abdelhakim Sefrioui et du collectif Cheikh Yassine
Publié le 20/10/2020

La veille du couvre-feu, les expulsions de squats se sont multipliées
Publié le 20/10/2020

20 octobre 1921 : mort de Charles Flageollet à Saint-Étienne
Publié le 20/10/2020